RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Mer 7 Aoû - 17:51

Une arme particulière ...


Il faisait grisâtre aujourd'hui. Rien ne présageait un orage mais la pluie tombait par intervalle régulier. J'étais debout depuis le levé du soleil ce matin. J'étais en mission pour le compte du duc régissant cette région. Je sais qu'il y a beaucoup d’elfe dans cette contrée. Il était donc temps pour moi de rencontrer l'une de ces créatures. Cependant on disait qu'il n'était pas facile de marchander avec eux... Tant pis,  je me dirigeais vers le marché qui se tenait sur la place centrale dans la majestueuse cité de Cirth. C'était la principale ville elfe réputée lors de son immense marché pour la qualité de ces objets vendus et exposés, mais aussi l’infaillibilité des gardes.  
Malgré le mauvais temps les marchands étaient là, nombreux, sur la place derrière leurs étales à vanter leurs marchandises à tords et à travers. Cette joyeuse cacophonie me donnait du baume au cœur. Les gens se pressaient, certains se battaient, pas longtemps, d'autres vendaient...
Il me fallait trouver quelqu'un à qui vendre les objets récoltés au cours de mon dernier voyage. J'attendais la réponse que le duc devait transmettre à l'un de ces commandants. Je devais profiter de ce temps pour faire quelques emplettes et me dénicher une arme elfe de qualité. J’optais plutôt pour un type de dague longue ou de petite épée, à la fois facilement dissimulable et maniable mais aussi efficace face à n'importe quel adversaire.    
Je me faufilais dans la foule jusqu'à atteindre une échoppe mais rien ne me convenait. Le forgeron faisait dans l'arme lourde, comme les haches, hallebardes, épées doubles...
Un nain m'interpelle alors et me donne l'adresse d'une elfe qui forge des armes elle aussi. Elle était réputée pour son caractère franc et son sens du travail. Maître dans l'art de la forge et attentionnée à l'art des ancêtres pour ce qui est de la confection d'arme plusieurs me dirent qu'il me fallait allé la voir. Piqué de curiosité et avide de faire du marchandage avec une elfe je me décidais à lui rendre visite. Après un repas et quelques discussions au sujet  de cette personne je récupérais l'adresse et me dirigeais dans la cité en demandant à plusieurs reprises mon chemin.
Mon sac sur mon dos j'arrivais enfin chez cette forgeronne. La bâtisse me semblait grande et des fleurs étaient exposées au balcon. Je me passais la main dans les cheveux, pris mon inspiration et je frappais à la porte.
Une belle jeune femme m'ouvrit la porte après quelques minutes. Je ne pensais pas une seule seconde quelle fut forgeronne. Je me présentais donc poliment et lui demandais à voir  Eliana K.Naïa

« Bonjour, je suis Karl Grimmermann. Je suis ici pour marchander avec la maître forgeron  Eliana K.Naïa. Puis-je lui parler s'il vous plaît ? »

Elle avait des yeux bleus profond, un sourire chaleureux et était appuyée d'une main sur le battant de la porte. J'étais stoïc à la porte attendant de voir à quoi ressemblé cette femme forgeron.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Mer 7 Aoû - 20:05










Une Arme particulière...

Karl Grimmann φ Eliana K. Naïa

Je m’étais levé tôt ce matin. J’étais de bonne humeur, car je devais continuer une arme spéciale. Une pièce qui me tenait particulièrement à cœur. Si j’arrivais à la forger tel que je le voulais, elle vaudrait une petite fortune. Une petite fortune qu’un certain noble dont je ne me souvenais plus le nom était prés à m’offrir. Je m’habillais rapidement, enfilant un pantalon de toile vert moulant, ainsi qu’une chemise blanche. Le blanc n’était pas la couleur idéal pour travailler dans la forge, mais mon tas de linge sale s‘accumulait, sans que j’ai le temps de le laver. De toute façon, je mettais un tablier de cuir dur et épais sur moi quand je travaillais, je ne devrais donc pas tacher ce haut cintré.

La première chose à faire en arrivant à mon lieu de travail était d’allumer le feu. Ce que je fis. J’enfilais ensuite mon tablier ainsi qu’une paire de gants, fait tous les deux du même matériel résistant. Certes, ils avaient tués un animal pour faire ce matériel, mais il faut ce qu’il faut. Rien que de penser à la mort de la pauvre bête, une boule me noue les entrailles. Je secoue la tête pour chasser ces pensées, et noue sur mes cheveux un tissu pour éviter de les salir. Je prends l’épée que j’avais commencé la veille, et la place dans le feu. En attendant que le feu la chauffe, je sortais mes outils, les posant sur mon enclume. Je sortis le métal chauffé pour le forger. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud, non ? Alors, je bats.

Le bruit du marteau s’abattant sur le fer rougit m’emplit les oreilles. Concentrée comme jamais, je n’entends plus que ce bruit régulier. Plongeant de temps à autre la future lame d’excellence dans le feu, j’entends le crépitement des braises, bruit que j’aime tant. Je transpire à grosses goutes. Essuyer mon front ne me sert même à rien. Les goûtes de sueur me tombent dans les yeux, rendant par instant ma vision floue. Après quelques heures de travail acharné, l’arme est enfin prête. Je la plonge dans le bac d’eau fraiche, pour empêcher le métal de transformer encore ses contours. C’était le moment de vérité. Le moment où je saurai si mon travail acharné a payé. Je sors lentement la lame de l’eau, pour l’examiner. L’aspect extérieur semblait satisfaisant, mais ce qui comptait, c’était l’équilibre de la lame. La prenant dans ma main droite de manière assurée, j’entrepris de fendre l’air de quelques arabesques. La légèreté de la lame et son parfait équilibre m’emmenèrent dans une valse où l’arme était mon partenaire.

Je sortis de cette danse, et reposais l‘arme à sa place. Je pourrais dès demain l’échanger contre l’argent promis. Je sortis de ma forge, un sourire satisfait sur mon visage. Cette journée s’annonçait pour être bonne. Je décidais d’aller me rafraichir. J’enlevais mes habits de travail, pour aller dans ma salle d’eau. J’enlevais mes habits rapidement, mettant mon tee shirt au sale, alors que je gardais mon pantalon pour après. Je me regardais un instant dans le miroir. Mon corps était bien taillé, et mes courbes gracieuses. Mon corps me correspond, et je l’aime ainsi. Je me plonge dans mon bain où l’eau était fraîche. Je me frottais énergiquement au savon, pour enlever cette crasse et cette sueur. J’avais 112ans, soit à peu de chose prés 22ans en âge humain, et je n’avais jamais trouvé l’amour. Il faut dire que je ne le cherchais pas non plus. D’ailleurs, je ne voulais pas être amoureuse. Je ne voulais pas me sentir emprisonné. Je sortis de mon bain, et remis mes habits. Je pris une nouvelle chemise, blanche encore, toujours bien cintrée.

Je me recoiffais rapidement quand quelqu’un toqua à la porte. Je reposais ma brosse, et alla ouvrir. Appuyée d’une main sur la porte, j’avais un sourire chaleureux. Un charmant jeune homme se tenait sur le seuil de la porte.

« Bonjour, je suis Karl Grimmermann. Je suis ici pour marchander avec la maître forgeron Eliana K. Naïa. Puis-je lui parler s'il vous plaît ? »

« Bonjour Karl. Parler à Eliana ? Pour marchander dites-vous ? Entrez, je vous en prie. Je verrai ce que je peux faire... »

Le laissant entrer, je refermais la porte derrière lui. Je l’invitais à aller au salon. J’aurai très bien pu lui dire que j’étais Eliana, mais parfois j’aimais maintenir le ‘suspens’. D’ailleurs, cet homme –qui c’était exprimé en un parfait langage elfique- ne semblait pas me prendre pour Eliana. Je l’invitais à s’asseoir dans un fauteuil. Cet étranger n’avait pas l’air agressif, mai j’avais tout de même ma dague -dans mon pantalon, invisible de l’exterieur- prête à être utilisé.

« Alors Karl... Comme ça, vous désirez me parler ? »

Lui demandais-je en m’asseyant face à lui.

« Qu’est ce que je peux faire pour vous ? »

Ce n’était pas la première fois qu’un étranger venait me trouver à ma forge pour me demander quelque chose. Habituée d’entendre des personnes me demandant une de mes créations pour une bouchée de pain, je préférais ne pas m’emballer à ce que ce Karl m’achète quelque chose de valeur.



© Méphi.





___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Jeu 8 Aoû - 10:57

Je m'étais adressé à cette femme en elfique puisqu'elle en avait l'apparence. Je pensais utilisé ma langue, mais j'étais content de connaître cette langue mélodieuse. Ce qui me surpris était la richesse de mon propre vocabulaire...je n'avais même pas cherché mes mots. Apparemment elle compris ce que j'avais dis, je ne devais donc pas être si mauvais.
Elle m'invita à entrer. Je pénétrais donc à l'intérieur. La première sensation que je ressentis fut la chaleur de la pièce, contraste agréable vu le temps à l'extérieur. Je l'entendis refermer la porte derrière moi. Je ne sais pas si elle tourna le verrou. Il y avait deux odeurs mêlées. Celle de la forge, charbon et fer chaud, et celle du savon. La jeune femme passa devant moi et je sentis son parfum. Elle m'invita ensuite à m'asseoir dans l'un des deux fauteuils disposés en face à face dans ce qui semblait être un salon. Nous étions dans une grande pièce pas tout à fait rectangulaire. Je m'assis sans vraiment me montrer à l'aise pour ne pas la froisser. Je ne m'attardais cependant pas sur le mobilier car elle repris la parole. Elle s'assit devant moi, confortablement, et me demanda ce que je lui voulait. J'écarquillais les yeux légèrement et ne cachais pas ma surprise. J'étais confus. Je venais de la prendre pour une servante. Comment une femme d'apparence si frêle pouvait-être forgeron ? Je venait de prendre une maître elfique dans l'art de la forge pour une simple servante. Je devais d'abord m'excuser. Même si j'étais resté poli mon expression n'était pas digne d'une personne de son rang. Elle me demanda quelques secondes après qu'est-ce que je lui voulait. Je ravalais ma salive puis repris un peu plus de contenance :

« Excusez ma méprise. Je ne pensais pas… (*vas-y enterres toi tout de suite mon gars*. Je la regardais dans les yeux. Elle semblait amusée. Je les rebaissais pour regarder son ventre, histoire d'être neutre). Maître Naïa j'aimerais me procurer une arme de qualité pour me défendre contre les imprévus de la route. »

Je regardais son regard porté sur moi. Elle me détaillait de la tête au pied, s'était flagrant. J'eus un frisson dans le dos. La première raison était mes préjugés sur les elfes. Il paraîtrait que c'était des être imprévisibles et lunatiques capables de tuer un homme en quelques secondes, « à peine le temps d'un souffle » m'avait-on dit un jour que je passais dans une auberge du nord.  La deuxième raison était le fait qu'un homme comme moi, sans condition venait s'adresser à une maître comme elle. Je réalisais à présent que je n'avais même pas réfléchis à cela avant de venir. Ces armes devaient être excellentes et destinées à de grands hommes dont la condition et la valeur devaient me dépasser largement. Je ne savais même pas si j'aurais les moyens de la payer. Je n'étais pas pauvre pour autant mais de là à obtenir une arme de cette qualité...
Elle repris la parole et n'avait pas l'air offensé. Mais je pensais à ce que me disait un copain d'enfance : « Méfie toi de l'eau qui dort ».


Dernière édition par Karl Grimmermann le Jeu 8 Aoû - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Jeu 8 Aoû - 18:16










Une Arme particulière...

Karl Grimmermann φ Eliana K. Naïa

« Excusez ma méprise. Je ne pensais pas... »

Je le regardai d’un œil amusé. Il était surpris que je sois la personne qu’il cherchait. Ce Karl ne m’avait pas pris pour une forgeronne. Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, et je dois dire que j’aimais bien voir la réaction des gens lorsque je leur annonçais que c’était bien moi qui maniais le marteau et le fer.

« Maître Naïa j'aimerais me procurer une arme de qualité pour me défendre contre les imprévus de la route. »

Je le détaillais de haut en bas. Mon sens de l’observation me disait que cet homme n’était pas pauvre, mais il ne ressemblait pas à ces nobles qui venaient m’acheter des pièces d’exceptions. J’avais quelques armes plus basiques, en étant jours d’aussi bonne qualité. J’hochai pensivement la tête.

« Je vois... Suivez-moi Karl. »

Je me levais de mon fauteuil, et me dirigeais vers ma forge. Je poussais une porte, et entrais dans mon ‘repère’. C’est véritablement le seul lieu ou je me sentais bien et en sécurité. Le feu chauffait encore, et la chaleur de l’âtre se répandait dans la pièce. Il ne faisait pas étouffant, non, mais il faisait tout de même chaud. J’étais habitué à cette chaleur, elle ne me dérangeait pas. En revanche, pour Karl, rien n’est moins sur.

« Il fait chaud ici, désolé. »

Je me dirigeais vers une armoire contenant mes œuvres, comme j’aimais les appeler. Je me saisis des deux poignets de l’armoire, et ouvrit les portes. Un énième sourire satisfait me barra le visage en voyant mon travail. Toujours le même à chaque fois que je regardais dans cette armoire. Il y avait différents types d’armes. Quelques dagues à la lame fine et à la garde soignée, trois épées, dont une à simple tranchant, une autre à double tranchant, et une ‘batarde’, pouvant se tenir aussi bien d’une seule main que de deux. Et bien sur, au centre de ces armes, mon bijou. L’épée que j’avais finie ce matin. Celle-ci ne se tenait qu’à une main, et avait un double tranchant. La garde avait un reflet bleuté. Je passais une main légère sur cette arme, me rendant compte que c’était la plus belle pièce que je n’avais jamais forgée. Je sortis de mes pensées, et me tournais vers Karl.

« Qu’est ce qu’il vous faudrait ? »

Je le regardais dans les yeux, attendant sa réponse. Un léger sourire était présent sur mon visage. Je remis machinalement une mèche de cheveux derrière mon oreille. Je ne me doutais pas que ce simple gestes allait m’attirer pas mal d’ennuis quelques mois plus tard.

© Méphi.





___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Jeu 8 Aoû - 18:42

Elle me disait de la suivre et m'appelait par mon prénom.

« Je vois...Suivez-moi Karl. »

Elle se leva de son fauteuil et se dirigea vers une porte au fond de la salle. Au pas de la porte je sentis une bouffée de chaleur. Je la suivais jusque dans cet endroit qui semblait être sa forge. L'endroit était incroyablement propre et tout les outils étaient parfaitement rangés en ligne sur les étagères et les établis présents. Le fer avait coulé là-bas et les braises s'estompaient quelque peu.

« Il fait chaud, désolé »

Il faisait chaud, ça oui. Je posais ma cape et la gardais sur le bras. Je réajustais mon haut et prêtais attention au mobilier. La pièce était assez large et était percée dans deux coin. La vapeur s'échappait de ce que j'appellerais un four à métaux. Des armes étaient entreposées un peu partout, mais je n'en voyais aucune de valeur.
Elle traversa la pièce vers une grande armoire. L'armoire la dépassait d'une tête et elle fut obligée d'ouvrir grand les bras pour l'ouvrir. Ce bout de femme m'étonnait. Je me demandais comment une femme pourtant si belle et entretenue trouvait aussi le temps de battre le fer et ranger tout ce qui se trouvait dans cette pièce.
Elle ouvrit l'armoire avec un sourire de satisfaction en observant son travail. Je regardais alors à l'intérieur. Là étaient rangés des merveilles dans l'art de la forge et devait sûrement prêter secours dans les batailles. Toutes ces armes brillaient sous mes yeux. Elles avaient plus ou moins un reflet de couleur différente.
La plupart étaient des dagues et de courtes épées de grandes qualité et, cela dit en passant, de grandes valeurs aussi. Moi qui tout à l'heure n'avait pas le choix je n'en avais que l'embarras maintenant. Elle m'invitait à y jeter un œil de plus près.

« Qu'est-ce qu'il vous faudrait ? »

J'étais abasourdi par la beauté du travail réalisé. Je m’approchais alors doucement de l'armoire comme un petit enfant qui découvre un conte pour la première fois.

« Votre travail est à votre image : parfait. Je n'ai jamais rien vu de si beau. Tout ce qui est devant moi est magnifique »

Je ne réfléchis même pas en disant cela qu'elle était aussi devant moi. J'en pensais pas moins la même chose de la beauté de cette elfe.

« Puis-je ? »

Je lui demandais ainsi, accompagné d'un signe du doigt de toucher une épée à double tranchant. Elle était fine et de taille moyenne. C'était une sorte d'arme entre la dague longue et l'épée courte. Sa garde avait des reflets violets et bleus sous la lumière des feux de la forge. Elle semblait forgée dans un alliage elfique que je n'avait jamais vu auparavant. Je posais mon sac au pied de l’armoire en même temps. Je regardais ces yeux bleus, et ces cheveux comme la soie dans une douce lumière. Elle était l'archétype de ce que je m'imaginais être une elfe, quoique encore plus agréable en réalité. Je repris mon attention sur l'arme et attendais l'autorisation de la prendre.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Ven 9 Aoû - 11:01










Une Arme particulière...

Karl Grimmermann φ Eliana K. Naïa

Je regardais l’étranger s’approcher plus près de mes fabrications. On aurait dit gamin qui découvre un nouveau jouet. Son attitude me fit sourire. Sourire qui disparu lorsque je sortis de mes pensées.
« Votre travail est à votre image : parfait. Je n'ai jamais rien vu de si beau. Tout ce qui est devant moi est magnifique »
J’haussai un sourcil de surprise. Un sourire en coin apparu sur mes lèvres. Je préférais ne pas relever sa remarque. Serait-ce une technique grossière de drague des humains ? Possible. En tout cas, il savait mieux manier les mots que ces gros lourdauds qui sentent le rhum à plein nez lorsqu’on pousse une porte d’auberge. Plus d’un de ces gauches –humain ou elfe d’ailleurs- avaient essayé une approche beaucoup plus radicale pour me mettre dans leur couche le temps d’une nuit. Et parfois même, un bon coup de poing dans le nez s’étaient avérés efficace pour les repousser.
« Puis-je ? »
Me demanda t-il en montrant du doigt mon petit bijou. Je pris la courte épée dans mes mains, pour lui présenter la garde de celle-ci.
« Essayez là, je vous en prie. Mais sachez qu’elle est presque vendue. »
En effet, l’homme qui m’avait demandé si une de mes pièces d’exception étaient libre, je lui avais répondu qu’elle était en court de fabrication. Il devait ramener sa besace bien remplie demain pour l’échanger contre une arme. Je regardais l’étranger se saisir de l’arme. La lame avait des reflets bleus violacés, dû à un alliage assez spécial dont j’avais le secret. Cette lame ne devrait s’émousser en aucun cas, et son éclat restera au cours du temps comme à son premier jour. Je le regardai manier l’arme.
« Elle est belle, n’est ce pas ? Son équilibre est parfait. Elle ne s’émoussera jamais, et son éclat sera comme au premier jour. »
Je regardais l’arme dont j’étais fière. Oui, j’étais fière de mon arme. C’était la plus belle pièce que je n’avais jamais réalisé. Elle m’avait demandé beaucoup de temps et d’efforts. Et quelques brulures aussi. Mais rien de très grave, le résultat était devant moi.
« Vous intéresserait-elle Karl ? Vous pourrez compter sur elle si un combat se présente. Elle serait une très bonne alliée, ça oui. »
Je doutais que cet homme est de quoi payer cette pièce, mais qui sait ? Peut être est il plus riche qu’il n’y paraît. De toute façon, s’il ne peut l’acheter, j’ai d’autres armes de toute aussi bonne qualité. Seulement, les détails sont moindres et l’alliage utilisé ne produit pas ces éclats de couleur. Mais après tout, ce ne sont que fioritures et ne sont en aucun cas indispensable. J’attends la réaction de ce Karl, pour savoir si oui ou non, cette arme sera vendue aujourd’hui.

© Méphi.




Spoiler:
 

___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Ven 9 Aoû - 13:15

Elle pris l'épée dans ses mains et me la présenta comme une amie en m'invitant à la prendre. Cette arme était vraiment magnifique. Je la pris avec délicatesse et fus surpris pas sa légèreté. Je pensais que cette épée serait bien plus lourde que ça. Les elfes méritaient la renom qu'on leur attribuaient dans l'art de la forge et la qualité exceptionnelles de leurs armes. Je savais manier l'épée mais je n'en eu jamais de cette qualité là dans les mains. 'avis eu un jour le loisir de tester une armé d'un maître forgeron humain prise à un général pour défendre son honneur face à des ennemis de grand chemin. Je dois avouer que le travail de ce forgeron, bien qu'honorable, ne promettait rien en compensation de ce bijou. L'équilibre et la force de cet alliage donnait vie à cette épée et méritait de l'intention et du soin. Je pensais déjà à des moments au bord de route à la nettoyer ou à ceux dont je peinais à sortir faute d'armes ébréchés ou cassées.

« Elle est belle, n’est ce pas ? Son équilibre est parfait. Elle ne s’émoussera jamais, et son éclat sera comme au premier jour. »

Elle était belle et convenait tout à fait à ce que je voulais en venant ici. Je l’asseyais en la tournant un peu du poignet, en fendant l'air de côté et d'estoc. Rien de plus agréable que de sentir une arme à sa main dès le premier instant. Il me fallait l'acquérir malgré sa vente promise et son prix qui devait être exorbitant. Je n'osais pas faire de grand geste ni même la tester plus fortement. Bien que le métal ne craigne rien je ne voulais pas abuser non plus. Je m'arrêtais et elle me demanda :

« Vous intéresserait-elle Karl ? Vous pourrez compter sur elle si un combat se présente. Elle serait une très bonne alliée, ça oui. »

Sa question était inutile pour moi. J'étais ébloui par son travail et par cette femme. Je voulais cette arme et qu'importe la personne à qui elle était destinée elle serait pour moi même si je devais vendre tout le compte tenu de mon sac.

« Bien sûr ! Elle est ce que je cherchais. Je ne sais pas si j'aurais les moyens de me la procurer mais donnez moi votre prix et il sera le mien. »

J'étais attentif à tout type de détail. Je remarquais plusieurs choses dot j'avais peut-être le pouvoir de changer. La première fut de remarquer un tas de linge dans une salle ouverte qui devait être sa chambre. Malgré cet intérieur « richement » décoré, raffiné et de goût, et son atelier parfaitement rangé, elle tardait à laver son linge, chose que je savais faire plus rapidement que tout autre homme normal grâce à mes dons. La deuxième était les brûlures sur ces mains que je pourrais tenter de soigner grâce à un sortilège de soin. J'utilisais cette magie sur moi pourquoi ne pas l'essayer sur elle avec son consentement ?
La troisième était mon intérêt pour l'art de la forge et pour cette femme que je ne voulais pas laisser passer. Peut-être accepterait-elle un peu d'aide ?
Le problème était de savoir si je disposerais d'autant de temps... Après tout cela j'étais vraiment prêt à discuter avec elle, pas forcément sur le prix de l'arme entre mes mains.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Lun 12 Aoû - 10:44










Une Arme particulière...

Karl Grimmermann φ Eliana K. Naïa

Je le regardais tracer des arabesques dans l’air, celles-ci semblaient jeter des éclats violets. Le visage du jeune homme semblait rayonner. Cette arme devait le combler. Lorsqu’il arrêta ses mouvements du poignet, je lui demandai si cette arme, mi épée, mi dague, le satisfaisait, et s’il voulait l’acheter.

« Bien sûr ! Elle est ce que je cherchais. Je ne sais pas si j'aurais les moyens de me la procurer mais donnez moi votre prix et il sera le mien. »

Un petit sourire me fendit le visage. Ce Karl semblait vraiment enthousiasmé par sa découverte. Le fait de le voir si emballé me faisait sourire. C’est une arme de valeur, et son prix est en accord avec l’objet à vendre.

« On m’en a proposé un petit sac d’or remplit. Soit trois onces et demi si vous préférez. »

C’était un prix qui semblait convenable. De quoi remboursé le coût de la fabrication, et me permettant un bénéfice qui me servirait à acheter pas mal de stock de métal, et pourquoi pas quelques pierres précieuse à incruster dans certaines de mes créations. Je vis Karl jeter un œil dans une pièce ouverte, qui donnait sur ma chambre. Le tas de linge sale était visible d’ici.

« Ne faites pas attention, j’ai eu beaucoup de travail, et peu de temps à moi... »
Lui dis-je avec un sourire gêné. Enfin, mon travail ne devait pas excuser ce tas de saleté. J’aurais dû le laver depuis un moment déjà, mais j’avais tendance à remettre au lendemain quelque chose de moindre importance.

« Alors Karl, souhaitez vous vous la procurer ? »

Ce n’était surement pas la meilleure épée de Denoroï, mais elle était tout de même de qualité. Je n’entendais pas rivaliser avec les plus grands maîtres forgerons de notre temps –et de temps passés- mais j’aimerai un jour peut être leur arriver à la cheville. J’attendais patiemment la réponse du jeune étranger qui m’avait paru tout à l’heure admiratif devant ce travail.

© Méphi.




Spoiler:
 

___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Lun 12 Aoû - 13:32

Elle me dit que cette arme valait trois onces d'or et demi. Je dois avouer que je m'attendais à plus cher que cela. J'allais évidement surenchérir pour être sûr que cette arme soit en ma possession en sortant. Je n'avais pas envie de sortir. J'aurais aimé rester un peu mais je me dis qu'elle avait peut-être du travail. Cela dit j'avais en tête de corriger ce que j'avais remarquer avant de repartir. Ce serait un moyen pour moi de rester un peu plus. De surcroît la présence de cette elfe et son envoûtement ne m'étaient pas indifférent. Je dois bien avouer qu'elle me paraissait être une personne charmante. Mais n'est-ce pas le naturel des elfes, couplé à un charme féminin, qui me retenait ici ? L'affaire concernant cette arme serait pliée après ma proposition. Le reste ne serait pas si simple. Je me referais bien une fortune après une missive de belle main à belles main, ou un secret de correspondance à garder... Je revenais sur ses paroles et l'observais en mettant en œuvre mon art du marchandage. Puis j'ajoutais avec un petit temps de latence maîtrisé :

« Je vous la prend ! C'est sûr... Je vous en met pour trois once et je vous donne les pierres qui se trouvent dans mon sac. Elles valent bien plus d'une once et sont de qualités moyennes à excellentes... »

Je fouillais dans mon sac et en sortis les pierres précieuses. Je ne les avais pas ramassés en un jour mais cette fois elles auraient une utilité réelle.

« De plus je vous propose de vous laver tout ça. Et ce n'est pas grave que se soit là. Je comprends que vous n'ayez pas le temps pour tout. Votre travail frôle la perfection, votre maison est vivante et propre, vos fleurs à l'extérieur sont magnifiques, votre atelier parfaitement rangé... Cela prouve que vous êtes passionné et attentionnée sur ce que vous faites. Je comprends que le linge ne soit pas une priorité vu le temps qu'on y passe normalement... Je vous propose donc de m'en occuper plus rapidement, mais avec tout autant de soin... Et si cela ne vous dérange pas... »

Puis je m'approchais d'elle sans qu'elle puisse en placer une. Je lui pris les mans :

« Ceci n'est pas vous faire des avances. (Je lui souris avec un petit soupire d'amusement). J'ai vu que vos mains avaient des brûlures. Je vous les ai donc soignée le temps de vous dire ça. »

Je me reculais en lâchant ces mains.

« Tout ceci n'est évidement pas à prendre en compte dans nos affaires. Je l'ai fait de bon cœur...Je vous paie avec ça (je prenais quelques colliers et pierres précieuses dans mes mains, en plus du sac d'or posé sur la table). Qu'en dites-vous ? »

Je lui laissais le temps d'avaler out ce que je venais de dire et le temps aussi de regarder ces mains de nouveau saines. Elle était comme émerveillée de tout cela et prenait conscience de mon flot de parole petit à petit. Je souriais et étais content d'une telle réaction. Mais je m'attendais aussi à un possible retournement. Il faut toujours s'attendre à tout. J'attendais ainsi souriant et moi-aussi émerveillé par cet endroit et cette femme.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Ven 16 Aoû - 13:08










Une Arme particulière...

Karl Grimmermann φ Eliana K. Naïa

« Je vous la prend ! C'est sûr... Je vous en met pour trois once et je vous donne les pierres qui se trouvent dans mon sac. Elles valent bien plus d'une once et sont de qualités moyennes à excellentes... »

J’hochais la tête en souriant. Voilà qui me convenait parfaitement ! J’avais besoin de pierres, et voilà qu’il me les apportait. J’allais sceller notre accord, mais je n’eu pas le temps d’ouvrir la bouche, que déjà il reprenait la parole, après avoir posé l’or sur la table.

« De plus je vous propose de vous laver tout ça. Et ce n'est pas grave que se soit là. Je comprends que vous n'ayez pas le temps pour tout. Votre travail frôle la perfection, votre maison est vivante et propre, vos fleurs à l'extérieur sont magnifiques, votre atelier parfaitement rangé... Cela prouve que vous êtes passionné et attentionnée sur ce que vous faites. Je comprends que le linge ne soit pas une priorité vu le temps qu'on y passe normalement... Je vous propose donc de m'en occuper plus rapidement, mais avec tout autant de soin... Et si cela ne vous dérange pas... »

Je n’avais pas le temps d’en placer une, même pas le temps de souffler un « merci, mais ça ira », qu’encore une fois, il reprenait la parole. Il s’approcha de moi pour me prendre les mains. Mon sourire tomba de mon visage, et mes traits devinrent figés et durs. Une pointe de méfiance pouvait sans doute se lire dans mon regard. Mes muscles étaient tendus comme la corde de mon arc. Son visage était prêt du miens. Plus près qu’il ne devrait être d’ailleurs. Je le laissais cependant faire.

« Ceci n'est pas vous faire des avances. J'ai vu que vos mains avaient des brûlures. Je vous les ai donc soignées le temps de vous dire ça. »

Ses mots suivit de son reculement firent détendre mes muscles. J’examinais mes mains redevenues parfaitement saines, avec cette peau lisse que je peinais à garder. Un sourire de gratitude ainsi qu’une pointe d’émerveillement perla sur mon visage. J’étais une bien piètre magicienne, et je ne me servais de la magie que pour réaliser quelque chose de relativement simple. Je n’avais jamais réussit à soigner mes blessures. Heureusement que je connaissais les plantes et leur aide précieuse.

« Tout ceci n'est évidement pas à prendre en compte dans nos affaires. Je l'ai fait de bon cœur...Je vous paie avec ça. Qu'en dites-vous ? »

Il déposa quelques pierres précieuses ainsi que quelques colliers à côté du sac d’or. Je le regardais pour lui sourire.

«  J’accepte volontiers votre proposition. Ces pierres sont exactement ce qu’il me fallait. Grâce à vous je n’aurais pas à me déplacer en ville » Lui dis-je avec un petit rire. « Cependant, permettez moi de vous proposez de rester dormir ici le temps qu’il vous plaira. Je m’occuperai de tout, ne vous inquiétez pas. C’est volontiers que j’aimerai vous héberger, vous ne manquerez de rien, croyez moi. Alors, qu’en dites-vous ? »

J’aimerais que cet étranger reste ici, ma proposition étant tout à fait honnête. Ces temps passés avec lui, je pourrais apprendre à le connaître, et lui à me connaître. Je n’avais plus d’épée en court de fabrication, et pourrai donc passer du temps avec lui. S’il le veut bien, évidemment. Et puis, je pourrais lui faire découvrir les environs. Le pays elfique est magnifique, et la population charmante. J'aimais ma solitude, mais j'avais vraiment besoin de quelqu'un avec qui parler en ce moment. Etre solitaire commençait à me peser. Peut être pourrait il m'en délivrer quelques temps ?

© Méphi.





___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Sam 17 Aoû - 16:10

Elle me souriait maintenant et devait ainsi me remercier... Elle accepta mon offre et mes pierres qu'elle me dit utile pour son travail. Il y a des coïncidence qui tombent à point nommé et j'appréciais l'idée d'en être.
Elle me proposait ensuite de rester dormir chez elle si je le voulais. Je ne lui avais pas fais la court, de simples compliments. Était-ce une proposition ? Je ne pense pas, mais j'avoue que l'idée m’a traversée l'esprit. Elle était très belle. Ces cheveux brillaient dans la lumière du soleil du feu. Malgré le temps gris dehors et l'eau qui tombait maintenant il faisait agréablement bon. Elle disait qu'elle s'occuperait de tout et que je ne manquerais de rien. Elle se tenait devant moi. Elle était ravissante. Que m'arrivait-il ? Qu'arrivait-il ? Je ne lui avais pas demandé et pourtant elle me demander de me décider. Je crois que c'était pour me remercier du peu « d'extra-affaire » que j'avais fais. Je ne comprenais cependant pas son intérêt à vouloir me garder ici. Pour ma part j'avais à y gagner mais elle ?
Je réfléchis encore en cherchant une réponse en vain à un millier de questions. Cette situation ne c'était jamais présentée. Je me faisais toujours renvoyé gentiment ou je repartais mon affaire conclue. Je me demande bien si le peu d'attention que je porte aux gens faisais que je sois apprécié ou non, comme là...
Je me rendis compte que ces secondes de silence étaient pesantes.

« Je ne sais pas quoi répondre.... Excusez mon soudain mutisme. Je n'ai pas l'habitude que les gens lisent dans mes pensées. Pour être honnête avec vous … j'y ai pensé... Je … J'avais simplement envie de vous aider... Vous soigner... Mais je ne pensais pas que vous alliez me le proposer … là.. comme ça. Je suis surpris. »

Je repris contenance et ajouta après avoir déglutis :

« J'accepte de rester ici mais non, vous ne vous occuperez pas de tout... pas avec moi. J'aime travailler et surtout... aider. Il me faut livrer cette missive en ville demain. Puis je demanderais si j'ai du temps pour … Si je reste permettais moi de partir et revenir vous préparer le repas ... »


Je cherchais mes mots. Je ne savais plus si je devais me fixer sur mes souhaits, rester avec elle et apprendre à la connaître, connaître sa région et son art, et la possibilité de le faire. Je ne savais plus si je devais me fixer dans le présent, le futur proche ou le futur lointain. Sa proposition m'avais fais perdre quelques repères. Je lui souriais et j'étais heureux malgré moi. Je me sentais vivre et j'avais enfin la possibilité de faire ce que j'avais envie en ce moment. Je pensais qu'avec de la conviction et mon art pour convaincre certaine personne j'obtiendrais des missions de proximité de la part du duc. J'étais entraîné par l'envie de réussir ces quelques projets. De la chaleur montait à mes joues, puis se propageait partout dans mon corps. Je n'avais jamais connu cela depuis longtemps.


Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa Dim 18 Aoû - 16:54










Une Arme particulière...

Karl Grimmermann φ Eliana K. Naïa

Le silence entre nous commençait à devenir pesant. Heureusement, Karl répondit enfin à mon invitation.

« Je ne sais pas quoi répondre.... Excusez mon soudain mutisme. Je n'ai pas l'habitude que les gens lisent dans mes pensées. Pour être honnête avec vous … j'y ai pensé... Je … J'avais simplement envie de vous aider... Vous soigner... Mais je ne pensais pas que vous alliez me le proposer… là... Comme ça. Je suis surpris. »

Ces hésitations me firent sourire. Il ne semblait pas être quelqu’un peu sur de soi, pourtant ses paroles portaient à croire le contraire. J’haussai un sourcil. Alors comme ça je lisais dans les pensées selon lui ? Cette pensée me fit sourire. Non, franchement, je n’avais rien d’une voyante, ou de je ne sais quoi. Mais il ne répond toujours pas à ma question.

« J'accepte de rester ici mais non, vous ne vous occuperez pas de tout... pas avec moi. J'aime travailler et surtout... aider. Il me faut livrer cette missive en ville demain. Puis je demanderais si j'ai du temps pour… Si je reste permettais moi de partir et revenir vous préparer le repas ... »

Je n’avais pas réfléchis à mes paroles –chose bien rare, croyez moi-, que déjà les mots traversaient mes lèvres.

« Là, c’est vous qui lisez dans mes pensées Karl ! Je suis une bien piètre cuisinière, croyez moi. Je crois qu’il vaut mieux pour votre survie ne pas manger mes plats. »

Un petit rire me prend à mes paroles. Je sens que je vais passer de bon moment avec cet inconnu. Il y a bien longtemps que je n’ai pas eu de compagnie. Et il faut avouer, que parfois je me sens seule. Loin de moi l’idée d’abandonner ma forge pour trouver un métier au contact des gens ! Je suis faite pour forger, jamais personne ne pourra me faire changer d’avis, jamais. Enfin, ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Ses paroles me tirent de mes pensées. Il me dit qu’il reviendra en fin d’après midi.

« Eh bien, faisons comme ça alors Karl. »

Je le raccompagne jusqu’à la porte d’entrée, et lui sourit lorsqu’il s’en va.

« A toute à l’heure ! »

Je le regarde s’éloigner, avant de refermer la porte. Bizarrement, je me sens seule.

© Méphi.





___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas


I see you
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa

Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] Une arme particulière - Karl Grimmermann et Eliana K.Naïa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Le poison n'est pas qu'une arme de femme.[Terminée]
» Chez Eäràr, maître d'arme.
» Karl Briullov !
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contrées oubliées. :: This is the end :: Corbeille :: Archives RP-