RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Rencontre avec une elfe et son monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Rencontre avec une elfe et son monde Lun 19 Aoû - 16:09

Rencontre avec une elfe et son monde
Eliana K. Naïa et Karl Grimmermann
Lorsque je sortis de chez la forgeronne mes pensées venaient toujours à profusion dans mon esprit. La pluie tombait dans la rue. Je relevais ma capuche et me dirigeais vers le centre de Cirth où se tenait un grand marché, j'en venais, d'ailleurs. L'arme était à ma ceinture. Malgré que je sois fier de cette acquisition je ne la montrais pas. Je me disais que la vie était parfois étrange. J'avais assez de succès dans mes affaires et pourtant peu ou pas d'ami. Il y avait des personnes loyales parce qu'elles n'avaient pas d'autre choix que de l'être envers moi. Nous sommes dans le même camp ou dans le même monde, par appartenance à la même « race », la même profession ou par intérêt, nous nous aidons. Il faut bien trop souvent une motivation à l'homme pour l'aider à agir envers l'autre. J'étais spécial pour ça et étais prêt à aider sans retour, ni même me soucier du camp auquel appartenait l'autre en difficulté. Sauf en cas de guerre, je dois bien dire qu'il me fallait respecter l'ordre seigneurial. Il m'étais arrivé de porter des missives dans des camp adverse lors de conflits tribales. Il ne m'était jamais rien arrivé et j'avais toujours su prendre une décision selon la personne que je servais et ma conscience. Du côté des affaires j'avais du succès donc, mais du côté de l'amitié...
La plupart du temps pour me faire un allié il me fallait user de ruse, parler beaucoup, marchander, voire acheter les hommes pour les informations ou au contraire leur silence. Aujourd'hui c'était différent. J'avais acheté une arme certes, mais pas de la manière habituelle. J'avais d'abord était confondu dès mon arrivée par ma méprise sur cette femme. Puis, troublé par sa tenue et sa beauté, son savoir et son amour pour ce qu'elle faisait, j'ai voulu lui venir en aide. Je crois que c'est la première fois que je ressentais cela. C'était à la fois une capacité à l'admirais et lui parler sans trop dérailler. Je ne savais pas trop quoi penser. Je crois que c'est la première fois que je veux bâtir un état de confiance avec quelqu'un et pourquoi pas, si bonne entente, me confier un peu. Je n'avais rien à me reprocher mais j'étais déjà seul tout le long des routes et pour la plupart de mes missions. Et lorsque je revenais en ville c'était pour repartir avec une nouvelle lettre.
J'avançais à allure de paysan qui rentrait de son champ le soir. J'étais perdu dans ces pensées et prêt à me bâtir un autre avenir. Je n'avais pas tout à abandonner mais j'avais beaucoup à gagner. Le problème futur que j'aurais serait de préserver mes acquis et protéger cette elfe. Je voulais tant apprendre et tant faire que j'en oubliais où j'allais.
Il me fallait me rendre à la demeure du duc et lui apporter cette lettre. Je sentais qu'il y avait autre chose que du parchemin là dedans. Ce n'est pas mes affaires et c'est pour ça qu'on me paie.
Je me rendis à la grande bâtisse du duc de la région. Après avoir attendu à la porte et dans l'entrée on me permis une entrevue avec monseigneur. Un de ces valets me donna ma récompense et le duc me dit de revenir dans quatre jours. Je n'avais que quatre jours, non j'avais quatre jours. Je lui dis de prendre son temps et de venir me demander auprès de maître Naïa. Son valet la connaissait et me dit que tout se déroulerait alors comme dit.
Je sortais alors avec mon sac d'or. Je le fourrais dans mon sac à dos et me dirigeais vers les étales de fruit et légumes du marché.

Je déambulais au milieu des marchants et cherchais quelque chose d'original à cuisiner, ni trop coûteux ni trop hors du commun. J'eus alors l'idée de commencer par une petite entrée de poisson que je partagerais en deux assiette avec une sauce de mon choix. Il me faudrait aussi acheter les ingrédients de la sauce. Puis je lui ferais un plat de viande de porc avec ce que les hommes bizarre de l'est appelaient « riz ». J'espérais ainsi la surprendre et lui faire découvrir quelques saveurs de mon monde, même si les elfes étaient des créatures à varier et commencer les plus dans les plaisirs culinaires. J’achèterais ensuite du fromage de vache au lait cru. C'était un peu fort parfois (Salers contemporain), mais j'aimais ça, je verrais bien sa tête après tout. Puis je finirais avec des fruits du moment... des pommes... les poires n'étaient pas très mures... Oui, des pommes. Je lui ferais chauffé avec du sirop d'arbre... je ne me souvenais plus son nom.

Je commençais par acheter les pommes, puis le fromage que je mis au fond de mon sac. J'avais mis le sac d'or à ma ceinture sous ma cape. J'allais ensuite acheter les différentes herbes et liquides nécessaires à mes sauces, et du miel. Je me dirigeais vers le marchand de viande et fut obligeais de négocier les prix avec cet arnaqueur. Mais je n'avais pas le choix. Je finis par le poisson et me dirigeais de nouveau vers chez elle. La forge était toujours allumée ais elle ne travaillait pas. Mon sac était lourd sur mes épaules. Je n'eus pas d’ennuis et tapais à sa porte. J'avais hâte de cuisiner et de parler à nouveau avec elle. Un homme plus âgé, dans la quarantaine, un noble, sortit avant qu'elle ne me fasse entrée. Elle devait avoir fini une autre arme et devait la vendre. Peut-être s'agissait-il de l'homme auquel était destinée l'arme à ma ceinture ? Elle me fit signe d'entrée et avait un sourire radieux malgré le temps pluvieux. Mes battes étaient pleines de boue et ma cape trempée. Je posais le tout sur une chaise prêt du feu.

« Si tu permet... sinon je les pose autre part. »

Apparemment ça ne la dérangeait pas. Je pris mon sac et lui montrais mes acquis.

« Regardez. Alors... comme prévu je vais cuisiner. Je vous ai pris ça (je sortais le fromage en premier, ce qui me tombais sous la main), ça aussi (le poisson), et ça (les herbes et le reste ensuite). Voilà c'est tout. Où puis-je aller poser tout ça ?... et est-ce que vous pourriez me faire visiter un peu... »

Je n'avais pas pensé à prendre de vin, quoique... je fouillais encore dans mon sac et trouvais une bouteille. Je la regardais sans la sortir de mon sac, un bon cru, sans valeur inestimable, et heureusement pas entamer. Je me retournais en refermant mon sac et lui rendant son sourire.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mer 21 Aoû - 17:59










Rencontre avec une elfe et son monde...

Karl Grimmann φ Eliana K. Naïa

Une fois la porte de ma maison refermée, je me retrouvais  seule une fois de plus. Ce n’était pas pour me déranger, loin de là, car j’aimais ma solitude, le silence et le calme qu’elle procurait. Pourtant, cette compagnie était agréable. Enfin, ce n’est pas grave, il revient ce soir de toute façon. Et puis il va même rester quelques jours, c’est vraiment super, ça me fera de la compagnie ! Si ma mère savait que j’avais invité un étranger chez moi, elle me dirait de le séduire sans plus attendre, sous prétexte que je finirai vieille fille, parti comme ça l’était. Il faut avouer que je n’étais pas très doué en amour, ni même en amitié. Mais peu importe, je ne veux pas de l’amour, c’est ce qui nous brise le cœur. Je le sais, car c’est ce que mon père a vécu. Mon père que j’adorais tant... Enfin, ce n’est pas le moment de me lamenter sur son triste sort, il vaudrait mieux que je range un  peu, ainsi que nettoyer la chambre d’ami. Je m’armais donc de mon balais, et passer un coup assez rapidement, histoire d’enlever le plus gros des poussières.
 
Après avoir astiqué un peu les meubles ainsi que fait les lits, j’avais allumé quelques bougies et lampes à huiles, le soleil disparaissant derrière les nuages qui se faisaient de plus en plus noirs. Le temps semblait virer à l’orage, et la pluie tombait de plus en plus drue. Ce pauvre Karl allait être trempé en revenant, et surement avoir un peu froid. C’est pourquoi je décidais d’allumer un feu dans la cheminée. Ca faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas fonctionnée, et je dû aller chercher du bois dans ma forge, n’en ayant plus dans le panier approprié au pied de l’âtre. La flambée prit assez vite, et je reculais un peu les chaises de bois des flammes. Je n’avais pas envie de finir comme mon père !
 
Toc toc toc ! Ces trois coups n’étaient pas ceux de la pluie, non. C’était bien le bruit de quelqu’un toquant à ma porte. Un grand sourire naquit sur mon visage, pensant que c’était Karl. Je replaçais rapidement mes cheveux, puis allais ouvrir la porte, toujours ce sourire radieux sur mes lèvres. Mon sourire s’évapora lorsque je vis que l’homme n’était pas Karl, mais bien le noble qui devait m’acheter l’épée à la lame bleutée.
 
« Oh, c’est vous. » Lui dis-je, une pointe d’agacement dans la voix.
« Nous avions un marché, si vous vous souvenez. » Cette fois, c’était lui qui était agacé.
« Désolé, mais l’arme n’est plus disponible. »
« Quoi ? Je vous en propose le double de ce qu’il vous a donné ! »
« Ce qu’il m’a donné n’a pas de prix. » Je le défiais du regard, l’intiment à partir.
« Je peux vous donner bien plus que ce qu’il vous a donné, vous savez... »
« Je vous ai dit qu’elle n’était plus libre ! Je l’ai vendue ! Maintenant, sortez de chez moi ! »
 
En effet, ce noble c’était permis d’entrer sans que je lui en donne la permission. Il n’était pas décidé à partir, et me le fit savoir lorsqu’en se retournant, il fit tomber volontairement avec sa cape pleine de boue un vase de ma mère. Il sortit cependant sans mot dire, mais je savais bien qu’il me le fera reprocher, et peut être même payer. Je ramassais les débris de poterie, et les mis à la poubelle. La porte même claqué ne se fermait pas facilement. J’y allais donc pour la refermer dans un soupire lorsque j’aperçue Karl.
 
« Entrez, entrez ! »
 
Mon sourire revenu aussitôt, et j’en oubliais cet homme qui avait cassé un horrible cadeau de ma mère. Au final, peut être devrais je lui dire merci.
 
« Si tu permet... sinon je les pose autre part. »
 
« Non non, laissez ça là, ça séchera vite ici. »
 
 
« Regardez. Alors... comme prévu je vais cuisiner. Je vous ai pris ça , ça aussi , et ça. Voilà c'est tout. Où puis-je aller poser tout ça ?... et est-ce que vous pourriez me faire visiter un peu... »
 
Je regardais avec un intérêt ce qu’il avait rapporté du marché. Oh, de la viande... Eh bien, je ferai un effort pour se soir ! Oui, je ne mangeais principalement que des légumes, et non pas de viande. Mais ce n’est pas grave, je m’efforcerai pour lui faire plaisir, après tout, il se décarcassait pour faire la cuisine. Et de toute façon, l’animal était déjà mort... Et puis zut, je mangerai sans y penser !
 
« Suivez moi Karl, je vais vous montrez votre chambre. »
 
Je l’invitais à me suivre, en me dirigeant vers les chambres, qui se situaient à l’étage. Ici, tout était en bois, c’est pourquoi les risques d’incendies étaient élevés, surtout avec une forge et son four qui marchait presque tout le temps. J’ouvrais la porte de sa chambre, et j’avais bien pris soin de ranger ce qui pouvait trainer, pour recevoir mon invité comme il se doit. Je lui montrais ensuite ma chambre, et la salle d’eau, composée d’une baignoire, d’un évier avec sa glace, ainsi que des toilettes. Je redescendis l’escalier, pour lui montrer la cuisine ouverte sur la salle à manger qui elle-même était en commun avec le salon, où se situait la porte d’entrée, ainsi que la cheminée.
 
« Et voilà, on a fait le tour. La forge vous l’avez vu tout à l’heure. Ce n’est pas très grand, mais ça me suffit amplement ! »

© Méphi.





___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Jeu 22 Aoû - 12:03

Elle me laissa la cape non loin de l'âtre où celle-ci, elle avait bien raison, sécherai vite. Puis je n'eus pas le temps de poser les aliments autres part qu'à côté de mon sac sur la table qu'elle m'invitait à visiter l'étage. Il était en bois d'une belle apparence et d'une grande qualité. Les chambres étaient là. Elle avait fait le ménage récemment ça se voyais. Elle avait pris soin de faire mon lit et tout préparer comme si j'étais un ôte de marque. J'admirais le mobilier un instant avant qu'elle ne disparaisse quand je me retourne. Elle était à la porte suivante. Je m'approchais et elle me montra sa chambre. Nous ne nous attardions pas là non plus et continuions vers la salle d'eau. Puis elle m'ouvrit d'autre porte et nous fîmes le tour de ces appartements. J'admirais à chaque fois la richesse de son équipement et à la fois la sobriété de tout ceci. Elle était bien équipé et avait tout ce qui existe à notre époque. Elle était même à la mode avec ces toilettes parfaites et non un trou dehors. J'étais ébloui par cet intérieur. J'étais chanceux, très chanceux. Je n'aurais osé rêvé d'un tel intérieur, ni même de passer ces jours en une aussi bonne compagnie. Je rêvais éveillé.

Elle m'invita à redescendre et me fit visiter la cuisine et la salle à manger. Elle vivait seule dans une si belle maison ? Combien d'hommes avaient-elle invité avant moi ? Est-ce que je me faisais piéger ? Je n'en savais rien et décidais de remettre cela à plus tard. S'il s'agissait d'une ruse j'espérais pouvoir m'en retourner avant que ce ne soit trop tard pur ma peau.
Et pourtant... Elle souriait et était radieuse. Elle était rapide et semblait anxieuse en ma présence, ou plutôt préoccupée. Il fallait que je lui parle. Mais d'abord j'avais autre chose à faire.
Arrêtés tout deux dans la cuisine je lui dis :  

"Je vais allé chercher les aliments et les ramener ici. Merci pour la visite. Et pourrions nous nous tutoyer ?... Je reviens..."


Je ne lui donnais pas le temps de répondre à ma question et partais chercher mes acquis juste à côté...
Je revins les bras chargés et les posés sur la table de la cuisine, comme un plan de travail. Je lui ajoutais :

"Cette maison est magnifique. Vous êtes charmante. Mais quelque chose me taraude l'esprit ... Pourquoi particulièrement moi ? L'avez-vous fait avec d'autres que moi ? Je..."

... ne sus pas quoi ajouter face à son air radieux et son amusement.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Ven 23 Aoû - 13:44










Rencontre avec une elfe et son monde...

Karl Grimmann φ Eliana K. Naïa

Je m’appuyais d’une main sur la table de la cuisine, sourire aux lèvres pour mon invité. Je torturais de mes doigts la pointe de mes cheveux. Je n’avais que très rarement invité des personnes chez moi autre que ma mère ou ma grand-mère. Enfin, je ne vois pas de raison de s’inquiéter pour si peu. Ses paroles me tirèrent de mes pensées. Je voulu lui répondre que je serais ravie de le tutoyer, mais je n’en eu pas le temps, qu’il partait dans la pièce d’à côté pour chercher tout ce qu’il avait acheté. Je le regardais poser tout ça sur le plan de travail.
 
"Cette maison est magnifique. Vous êtes charmante. Mais quelque chose me taraude l'esprit ... Pourquoi particulièrement moi ? L'avez-vous fait avec d'autres que moi ? Je..."
 
Je souris, amusée de ces propos. Me prendrait-il pour la méchante sorcière d’Ansel et Gretel ? Je lui répondis, amusée par la réaction qu’il a eut.
 
« C’est rare que j’invite ici des personnes vois-tu. Surtout lorsque je ne les connais pas, ou presque pas. Mais il est arrivé une fois ou deux que j’héberge des voyageurs venu à ma forge. »
 
Mon sourire restait toujours bien accroché à mon visage. Je détachais mon regard du siens, pour lui désigner les aliments.
 
« Comment comptes-tu cuisiner ça ? Je pourrais t’aider ? Mais il faudra que tu me montres, car je ne sais pas cuisiner... Ce que je fais n’a pas vraiment bon goût... »
 
Dis-je avec un petit sourire gêné. La cuisine n’était pas mon fort. Je préférais cent fois être dans ma forge et frapper l’acier chauffé, plutôt que je surveiller la cuisson de tel ou tel aliment. C’est d’ailleurs pour ça que la cuisine prenait particulièrement la poussière, je n’y venais que rarement, préférant m’inviter chez ma grand-mère ou aller dans un petit restaurant pour me remplir la pense. Enfin soit, peut importe.
 
« Sinon Karl, dans quoi travailles tu ? »
 
J’avais envie d’apprendre à connaître cet homme, ce qu’il faisait, ce qu’il aimait, d’où il venait. Si on passait du temps ensemble, autant  apprendre à se connaitre, non ?

© Méphi.




___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Sam 24 Aoû - 13:10

Elle me répondis avec un air chaleureux. Elle avait déjà hébergé des voyageurs qui commerçaient avec elle. J'ai remarqué qu'elle me tutoyé et lui souris à ce moment. J'étais un privilégié : "C'est rare que j'invite des personnes ici, vois-tu." J'étais perplexe, je ne savais quoi dire de plus. Je n'étais pas sûr d'elle et pourtant je n'avais pas de quoi. Elle était sincère et franche. Elle ne détournais pas mes questions et y répondais. Je ne pensais plus à une manipulatrice. Je n'avais pas à tout lui dire non plus mais elle gagnait ma confiance. La possibilité d'une trahison de sa part me fit comme une brume au printemps. Je ne voulais pas penser à ce qu'il me faudrais faire si elle se moquais de moi.
Je pris donc la décision de me faire une amie, tout du moins pour l'instant. Je lui livrerais une partie de mon savoir et apprendrais à la connaître, et connaître son monde, plutôt que d'écouter de stupide préjugés. Tout les préjugés ont une part de vérité caricaturée mais il me fallait faire comme je l'ai toujours fais, juger par moi-même.
Elle était une chance à saisir, une alliée à avoir. Et peut-être aussi la première personne à qui je pourrais faire confiance et confidence, sans intérêt de commerce.
Elle détourna le regard et intéressa à ce que j'avais rapporté.

"Comment comptes-tu cuisiner ça ? Je pourrais t’aider ? Mais il faudra que tu me montres, car je ne sais pas cuisiner... Ce que je fais n’a pas vraiment bon goût... »

Un autre de mes préjugés vola en éclat: toutes les femmes de ce monde ne savaient pas cuisiner. Elle savait se nourrir et à sa belle taille ne devait pas mourir de faim non plus. Je n'aimais pas les femmes maigres, ni trop enveloppées non pus. Je disais toujours "mieux vaut faire envie que pitié". J'aimais cuisiner et partager ce savoir. Je cuisine souvent dans les villages que je traverse et me fait ainsi beaucoup d'alliés. Ce que je fais et souvent abordable et bon. Je n'ai pas la prétention d'être un grand cuisinier du roi, mais je me satisfaisais largement des sourires, que ce que je faisais, attribué aux autres.
Elle me sortit de mes pensées et commençait à vouloir me connaître :

« Sinon Karl, dans quoi travailles tu ? »

Je tenais la promesse que je venais de me faire et débutais alors ma première relation amicale depuis les deux derniers mois:

"Pour ta dernière question : je suis messager. Je traverse les différentes partie de ce monde, comme beaucoup d'autres, pour que les seigneurs, clercs ou petits gens, communiquent entre eux, dans la limite de la capacité à lire et écrire évidement. J'aime ce que je fais même si je passe beaucoup de temps seul, quoique ... j'y reviendrais"

Je n'allais pas lui dire que j'avais beaucoup de compagnons en forêt, car je sais parler aux animaux.

"Pour ce qui est de ta première question, il me faudrait utiliser ton four. Mais d'une manière particulière... J'ai bien vu ta tête envers la viande... Je n'ai pas pensé que tu pourrais ne pas aimer. Tu goûteras et si tu peux pas c'est pas grave. Je ne m'en vexerais pas. Idem pour ça (je pris le sac de riz). C'est du riz et c'est pas courent par ici. Alors... je t'explique ce que je vais faire..."

J'étalais le contenu de mon sac sur la table en dissociant bien tout les ingrédients.

"D'abord je vais prendre une petite écuelle en fer, ou autre métal, que je vais faire chauffer"

Je lui expliquais avec des gestes de mes mains.

"Je vais y mettre de l'huile d'olive. Ça viens des contrées les plus chaudes, enfin pas trop non plus"

Je souris à sa tête déconfite.

"Ensuite je vais découper la viande en des morceaux de deux centimètre (je lui montrais directement sur le morceaux de filet mignon). Là j'en ai à peu près dix. Mais ça diminue... Je les fait cuire comme ça. Ensuite je mets d'un mélange (vinaigre balsamique), et du miel. Je mélange le tout en continuant de faire cuire. Si y'a trop de mélange ça pique le nez. Si y'a trop de miel ça colle... Faut équilibré et faire une "sauce" mi-liquide. Dans le même temps je prends une marmite (une casserole), pour faire cuire le riz. Alors tu mets le riz au fond, tu mets de l'eau par dessus et du sel. Tu laisses cuire jusqu'à ce que le riz absorbe l'eau. Après faut le goûter... et au cas où il serait pas assez cuit tu rajoutes de l'eau."

Je la regardais essayer de me suivre et elle avait l'air d'être intéressée et pensive.

"C'est plus compliqué à expliquer qu'à faire t'en fait pas. Tout ce que je vais te demander pour l'instant c'est si tu peux me sortir les gamelles... enfin les ustensiles de cuisine nécessaire à tout ça..."

Je me rattrapais en ne désignant pas ces affaires comme des simples "gamelles". Je gardais mon sourire et était content de partager mon savoir.

Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Dim 25 Aoû - 15:20










Rencontre avec une elfe et son monde...

Karl Grimmann φ Eliana K. Naïa

"Pour ta dernière question : je suis messager. Je traverse les différentes parties de ce monde, comme beaucoup d'autres, pour que les seigneurs, clercs ou petits gens, communiquent entre eux, dans la limite de la capacité à lire et écrire évidement. J'aime ce que je fais même si je passe beaucoup de temps seul, quoique ... j'y reviendrais"


Oh, messager, vraiment. Ca doit être un métier bien agréable, voyager ainsi de contrées en contrées, rencontrer plein de monde, rencontrer des elfes, des nains, des humains. Découvrir les différentes cultures des peuples, visiter du pays quoi ! Je me mis à rêver de ce que serait ma vie si j’étais sans cesse sur les routes, allant livrer tel ou tel message à quelques grands ducs, ou aux nobles. Oui, ça devait être une vie passionnante, mais je ne pourrais vivre sans forger. Et sur les routes, ce n’est pas vraiment ce qu’il y a de plus pratique. Je me tire de mes pensées, et il m’explique comment il va cuisiner tout ça. Il se lance dans des explications, et ça me paraît bien compliqué. Je comprends pourquoi j’ai vite rendu mon tablier et bien vite arrêté de cuisiner. Mais j’étais tout de même intéressais par ce qu’il disait et expliquait. Qui sait, peut être que j’arriverai à le refaire toute seule ? Cela m’étonnerai fortement. Il me rassura en disant que c’était plus simple à faire qu’à expliquer. Je souris à cette affirmation.
 
« Oui, je sors tout ça. »
 
Je me dirigeais vers une petite armoire, et en sortis des genres de gamelles, et autres ustensiles qu’il nous faudrait.
 
« Voilà, il n’y a besoin de rien d’autre ? »
 
Je le regardais, attendant sa réponse. Ses paroles de toute à l’heure me revinrent à l’esprit. ‘Je passe beaucoup de temps seul, quoique ... j'y reviendrais’ Que voulait il dire par là ? Ma curiosité fut grande, et je lui posais la question.
 
« Tu disais tout à l’heure que tu voyageais seul, mais tu semblais vouloir dire autre chose... »
 
Je ne lui posais pas vraiment une question, mais l’incitait à m’expliquer ce qu’il voulait dire.

© Méphi.





___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Dim 25 Aoû - 16:47

Elle réfléchit encore deux secondes. Puis je la vis s'activer et ouvrir son armoire et m'en sortir tout ce qui nous serait nécessaire pour cuisiner. J'étais de nouveau étonné par la diversité de ces ustensiles et la qualité de ceux-ci, surtout pour quelqu'un qui ne cuisinait pas.
Tout était là et je n'aurais même pas à substituer une chose par une autre. J'avais devant moi tout ce que je voulais. Je l'aiderais à cuisiner ça le pus simplement possible. Ce ne serait as la première fois que je divulguait et faisais faire l'une de mes recettes.
Elle déposait le tout sur la table et je les étalais. Elle me demandait:

« Voilà, il n’y a besoin de rien d’autre ? »

Je regardais et ne voyais rien d'inutile ou de manquant. Je secouais la tête négativement.

"Non, tout est bon..."

Et elle revint, de façon détournée, sur ce que j'avais laissé en suspens. Elle me demandait de manière implicite ce que je voulais dire tout à l'heure.

"Euh... (je soupirais). Je ... Attends je remets mes idées en place"

Je fis une petite pause.

"C'est pas facile à avouer et je ne veux pas que tu me regarde avec curiosité... ou avec émerveillement... ou au contraire avec crainte...Je ... parle... Je parle avec les animaux... voilà. C'est ce que je voulais dire. Et quand je me sens seul il se peux que je converse avec un écureuil..."

Je lui souris et pris la viande et la posais sur une planche.

"Bon... je n'aime pas trop t'avouer ça maintenant... (je passais à autre chose). As-tu un couteau aiguisé ? "

Je demandais ça de manière out à fait anodine. Mais je souris à l'ironie réelle de ma question. J'étais dans une forge et je parlais à une maître en la matière. Il était évident qu'elle puisse me fournir un couteau. Elle revint en une seconde avec ce que je lui demandais.

"Passe devant"

Elle se mettait en face du morceau à découper et me parla. Je comprenais qu'il me faudrait mener une double conversation un moment.

"Tiens coupe des tranches d'environ deux centimètres"

Je l'écoutais en même temps et restais à côté d'elle tout proche.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Lun 26 Aoû - 11:55









Rencontre avec une elfe et son monde...

Karl Grimmann φ Eliana K. Naïa


Je regardais Karl, attendant patiemment sa réponse concernant ses voyages.
 
"C'est pas facile à avouer et je ne veux pas que tu me regarde avec curiosité... ou avec émerveillement... ou au contraire avec crainte...Je ... parle... Je parle avec les animaux... voilà. C'est ce que je voulais dire. Et quand je me sens seul il se peux que je converse avec un écureuil..."
 
 Lorsqu’il me dit qu’il parlait avec les animaux, quelle ne fut pas ma surprise ! Je souris, amusée. Je ne savais même pas que c’était possible. Il changeait de sujet et me demandais un couteau. Un petit sourire s’étira sur mes lèvres. Bien sur que j’avais ça, sinon je serais une bien piètre forgeronne. J’ouvris un tiroir et en sortis ce qu’il demandait. Il me dit de passer devant, pour découper des tranches. Je m’exécutais, tout en lieu parlant.
 
« Alors, d’où viens-tu ? Je veux dire, d’où vient la missive que tu dois porter ici ? »
 
Je découpais le dernier morceau comme il me l’avait demandé, et je ne m’étais même pas coupé. Heureusement, car si je ne savais pas manier un couteau, je devrais surement me poser des questions quant au choix de mon métier. Je continuais la discussion, le plus naturellement possible. Il était rare que je discute de choses et d’autre avec des casi inconnus.
 
« Ou as-tu appris à parler aux animaux ? Ca t’est venu tout seul ? Ca doit être sympa quand même de discuter avec eux... Moi, si je voulais être un animal, je crois que je choisirai le dragon. Le feu, c’est mon élément, tu vois... Et toi, tu voudrais être quoi ? Un oiseau, pour survoler le pays ? Ou autre chose ? »
 
Je me surprenais moi-même du nombre de questions que je posais. Je crois que je n’avais jamais autant parlé en si peu de temps. Peut être quand j’étais enfant, avec des amis. Surement, oui. Car quand on est enfant, tout ce qu’on fait, c’est jouer, rigoler et parler, parler et encore parler. Je me tournais vers Karl, ma tâche finie.
 
« Et maintenant ? »

© Méphi.




___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mar 27 Aoû - 18:25

Elle me surprenait à couper cette viande. Il y avait bien un paradoxe entre ce qu'elle m'avait dit et ce qu'elle faisait à présent. *Une vraie chef*. Elle manquait de sûreté dans ces gestes mais ce débrouillé à merveille. Elle était appliquée, et bien qu'elle m’interrogeait, elle était concentrée.
Je m'attendais à subir un flot de questions de toutes manières. Autant ne pas en réchapper et soumettre des malentendus gênant. Elle n'était pas ce qu'on m'avait dit des elfes. On me les avaient décris comme conservateur de leur race et parlant leur langue; des êtres renfermés et vicieux; des femmes charmantes mais pire que des vipères... et tout un tas d'autres fantaisies. La personne que j'avais en face de moi était le contraire de ces légendes. En réalité les elfes sont tous aussi différents que les autres races, les uns différents des autres, exactement comme les hommes. Il y a des bons et des mauvais et tout ceux qui choisissent selon la situation...
Je revins vite à ces questions. Je décidais de lui répondre avant de continuer.

"Tu me pose trop de questions !" (lui dis-je en souriant)

"Je répondrais à toutes, promis... enfin si elles sont trop gênantes. Mais laisses moi le temps d'y répondre quand tu la pose"

Je riais un peu et revenais à ce qu'elle m'avait dit, m'en souvenais au mieux pour y répondre. Une seconde après je lui disais:

"Alors pour la lettre tu peux deviner que j'ai pas le droit de te le dire précisément. Disons que c'est un soldat qui envoie l'état de ces troupes au duc. Il faut que le duc se tienne au courant de ces effectifs et où les déplacer, où ils seront, ou sont, le plus utiles."

Je laissais deux secondes.

"Pour ce qui est de parler aux animaux ne croit pas ça magique. Enfin si c'est magique... ce que je veux dire c'est que c'est pas forcément agréable. Je sais que des bêtes parlent dans tes murs par exemple. Et avant que je maîtrise ce don après l'avoir appris c'était une cacophonie impossible !"

Je repris un peu mon souffle. Nous étions face à face. Moi à parler avec de petits gestes des mains et des mimiques avec mes yeux et sur mon visage, et elle appuyée d'une main sur le bord de la table à m'écouter. Je faisais non de la tête pour appuyer le fait que c'était pas un cadeau. J'haussais les sourcils pour la cacophonie...

"Mes "dons", si on peux appeler ça ainsi, me sont venus tôt. Mes parents ont eu peur et j'ai quitté le foyer, et pour une autre raison aussi. Avant que tu me pose la question, mon père n'arrivait pas à se fixer quelque part et je n'aimais pas ça. Jamais plus de deux jours au même endroit...J'ai appris à parler aux animaux à cause d'un livre de magie, le seul grimoire qui m'ai été donné de lire. J'ai beaucoup appris grâce à ce livre, mais j'ai aussi appris à maîtriser mes dons chez un mage nain. Je suis resté un an avec lui. Pas tout le temps... mais i m'a beaucoup aidé. Par contre... parler avec eux c'est pas être l'un d'eux... Mais je me prête au jeu ..."

Je réfléchis un instant la main sur le menton, comme les gamins. Je la posais ensuite non loin de la sienne.

"J'aimerais être un lapin. Hum... c'est peut être bizarre mais j'aime beaucoup ces animaux. Et vivre à moitié sous terre et m'occuper avec peu ... Vivre dans les grands espaces... Par contre il ma faudrait échapper à pas mal de danger... dont les dragons..."

Je m'approchais d'elle. Je voulais l'embrasser, mais je trouvais cela trop tôt. Et n'étant pas sûr je restais un peu plus loin... à une dizaine de centimètre entre nos visage. Passé ce frisson inconsidéré je détournais mon regard. Puis en souriant je repris l'attention sur la préparation. Après un court moment je ris un peu.

"Continuons la recette... Euh... hum... On va y faire chauffer là dessus. Tu disposes les morceaux là dessus. Puis tu mets sur le feu. On met un peu d'huile d'olive pour faire cuire. Et on fait doré de tout les côtés..."


Je me retournais et elle n'avait pas bougée. L'avais-je déçu ? J'espérais être à la hauteur, mais pas précipiter les choses. Devais-je aussi lui faire part de cela ? J'hésitais...
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mar 27 Aoû - 19:42









Rencontre avec une elfe et son monde...

Karl Grimmann φ Eliana K. Naïa


Il me dit que je posais trop de question, je souris à cette remarque. C’est vrai que je me montrais curieuse envers lui et sa vie. Après tout, ça ne me regardai pas, et il n’était pas obligé d’y répondre. Il le fit cependant. Je l’écoutais en tranchant la viande, puis une fois cela finit, m’appuyais sur la table d’une main, le regardant et l’écoutant. Parler aux animaux, pas un cadeau ? Franchement, j’aimerais bien essayer, ça pourrait être vraiment sympa. Enfin, il n’a pas tort. Trouver le silence avec ce don doit être bien difficile, car entendre toujours parler doit être bien fatiguant. Je rigolais doucement lorsqu’il parla des dangers aux quels il devrait échapper s’il était un lapin, et avec comme danger les dragons aussi. Il se rapprocha un peu de moi, nos visages se trouvant maintenant relativement près. Mon sourire sur mon visage disparaît quelque peu. Je me noie dans ses yeux profonds, d’un marron envoutant. Mon regard ne lâche pas le siens. Je peux sentir son souffle sur ma peau. Il fut le premier à réagir, et repris son attention sur la préparation. Il parlait, mais pourtant ses paroles n’avaient pas de sens pour moi. Perdue dans ms pensées, je le regardais fixement. Je me repris lorsqu’il se tourna vers moi. Mon sourire réapparu, aussi radieux que tout à l’heure. Mon trouble passa bien vite, et tout revint comme avant. Je dus me repasser ses paroles dans ma tête pour qu’elles trouvent un sens. Je disposais les morceaux comme il l’avait dit, pour les poser sur le feu. J’ajoutais un peu d’huile d’olive, et allumais les flammes.
 
« Et voilà ! »
 
Je laissais passer quelques secondes, regardant Karl.
 
« Je t’ai posé beaucoup de question, mais tu ne connais rien de moi... Mon père était forgeron, et ma mère ne travaillait pas. J’ai toujours beaucoup aimé mon père, on était vraiment complice tous les deux. Tandis qu’avec ma mère... C’était différent. Elle est plutôt égocentrique et guindée, mais elle ne m’aime pas vraiment. C’est pour ça que quand mon père est... Quand il est mort, je me sentais seule. » Une larme perla à mes yeux lorsque je me souvins de mon père, un homme bon avec lequel je partageais tous mes secrets. Je l’essuyais d’un revers de main, et souris à Karl pour ne pas qu’il s’inquiète. « Du coup, j’ai repris la forge. Ma mère n’a pas vraiment apprécié, mais elle n’apprécie rien de ce que je fais, alors... Et depuis ce temps, eh bien j’essaye de m’améliorer de jour en jour. J’espère qu’un jour je pourrais faire mieux que mon père. Se sera dur, car il était un très bon forgeron vois-tu. Et son travail était réputé... »
 
Je ne sais pas pourquoi je me confiais à ce parfait inconnu. C’était peut être un psychopathe, un assassin ou un meurtrier, après tout je n’en savais rien. Mais je me sentais à l’aise avec lui, et sans être gênée. Quelque chose, une petite voix à l’intérieur de moi, me soufflait que je n’aie rien à craindre de lui. Peut être était-ce l’esprit de mon père qui continuait de veiller sur moi ? Mystère.

© Méphi.




___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mer 28 Aoû - 10:24

Elle se confiait à moi et je l'écoutais avec attention. Je brûlais de la connaître et je rêvais de pouvoir vivre ici, m'enrichir de sa présence. Pas seulement ces quelques jours mais bien plus longtemps. C'était la première fois que j'espérais me fixer pour de bon. Je n'avais pas envie d'arrêter ce que je faisais... mais avoir la possibilité d'avoir mon propre foyer m'était chère. Je me rendais compte que j'avais maintenant trois choix évident : continuer ces faux semblants, passer ces trois jours et recommencer ma vie d'avant ; lui faire la cour et qu'elle en ait peur, je repars après un refus ; et enfin, je lui fais des avances et elle apprécies, je passe ma vie avec elle.
Je me surprenais à avoir une telle pensée. Mais j'étais convaincue de pouvoir essayer plus que jamais auparavant. Je n'étais pas vraiment bon en mathématiques, mais une chance sur trois ça valait tout de même la peine de prendre un risque.

« Je ne voulais pas t'importuner... Tu aimes ton père et tu l'admires, ça se voit... Je comprends aussi que tu n'ai pas envie de tout me dire.  Tu fais un travail remarquable... alors se devait être un homme formidable. »


*Aller lance toi* Je la regardais, magnifique. Ces yeux me transperçaient. Mon cœur battait à toute allure. La viande avait le temps avant de cuire. Je tremblais d'appréhension et d'anxiété envers un éventuel refus de sa part. J'avais peur de me tromper. * J'ai qu'une vie !*

« Eliana... »

Je baissais la tête puis me plongeais dans son regard. Je m'approchais de nouveau d'elle. Je tremblais un peu.

« Je ne te connais pas vraiment... pourtant à la seconde où j'ai franchis cette porte j'ai été surpris... agréablement surpris... Tu es une belle femme. Et que tu ait été une servante ou forgeronne... mon choix présent aurait été le même. Je ressens quelque chose envers toi et j'ai envie de te le dire... Te le faire savoir. Je ne sais pas comment te l'exprimer par des mots... Apprends moi à te connaître... »

A ces mots je lui pris les mains. Je me collais à elle et cette fois l'embrassais après une petite petite hésitation. Je sentais son parfum et lui pris la lèvre supérieure entre les miennes. Je l'embrassais tendrement un instant. Puis, contre ma volonté, je finis mon geste en me décollant les lèvres puis le corps. Je restais tout près d'elle, ces mains dans les siennes, souriant. Je frissonnais. J'attendais sa réaction et l'engagement de mon avenir. La viande commençait à frémir.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mer 28 Aoû - 11:34









Rencontre avec une elfe et son monde...

Karl Grimmann φ Eliana K. Naïa


Je souriais à ses paroles concernant mon père. Il avait raison, c’était un homme fantastique. J’avais beaucoup de souvenirs de nous deux, c’est pourquoi y penser me faisait tant de mal. Je cuisais la viande sans y penser. Mon esprit vagabondait dans mes souvenirs heureux de moi et mon père. Pourquoi donc a-t-il fallu qu’il meure ? Je l’aime tant. Je donnerai cher pour le revoir, ne serait-ce que quelques instants. Mon cœur se serait lorsque je revois dans ma tête nos moments de joies, de fous rires et de jeu. Son affection me manquait tant, tout comme ses bras musclés qui m’enlaçaient lorsque j’allais mal, son sourire qui m’enlevait de la tête tous mes soucis. J’aurais tant aimé qu’il soit encore là. Karl me tira de mes pensées en prononçant mon nom. Je me tournais vers lui, et remarquais son anxiété. Ses mains tremblaient. Pourquoi donc ? J’eus ma réponse à la question qui était dans mon esprit. Me faisait-il des avances ? Oui, c’était cela. Pourtant, on ne se connaissait qu’à peine. Etait il donc comme tous les hommes ? A ne juger une femme que sur son physique ? Je ne savais quoi lui dire. Je n’avais pas envie de le blesser, car il était sympathique et n’était pas du tout un de ces rustauds qui cherchent une femme pour une nuit. Je n’eu de toute façon pas le temps de lui répondre, car il me prit les mains, et s’avança vers moi. J’aurais voulue me dégager gentiment de son étreinte, mais j’étais comme pétrifié, incapable de bouger. Nos visages se rapprochèrent, et il m’embrassa tendrement. Cet instant ne dura que quelques secondes, mais il me paru pourtant une éternité. Je fermais les yeux, le laissant faire. Il se décolla de moi, sans lâcher mes mains ni mon regard. Je me dégageais mes mains des siennes, et me tournais vers la viande, pour la retourner. Je ne savais quoi lui dire. Je me retournais vers lui, et hésitais sur mes mots.
 
« Tu es fort sympathique Karl, mais nous ne nous connaissons qu’à peine... Désolé, mais il me faut du temps, je ne voudrais pas te laisser de faux espoirs... »
 
J’espérais ainsi lui faire comprendre gentiment et sans le blesser que je n’avais pas de sentiments pour lui. Certes, il était amicale et attentionné, mais de là à dire que je l’aimais, il y avait un monde tout de même. Plusieurs fois j’avais connu des aventures avec un elfe dont je croyais être amoureuse. Mais ils se fichaient bien de se que j’aimais, de ce qui me plaisait dans la vie, eux, tout ce qu’ils voulaient, c’était une jolie femme avec ses atouts, pour parader avec elle dans la ville, et passer des nuits bien remplies. Je m’étais assez fait avoir, ces hommes me plantant après s’être lassés, et je ne voulais pas recommencer cette erreur une fois de plus. J’esquissais un sourire navrée pour mon invité, avant de reporter mon attention sur la cuisson de la viande. Tout pouvait recommencer comme avant qu’il ne me fasse ces aveux, mais pourtant, tout était différent. J’essayer de faire comme si de rien était, mais ses paroles, et surtout son baiser me revenait sans cesse à l’esprit.
 
« Voilà, elle est bien doré par tout. On en fait quoi maintenant ? »
 
La vue de cette viande me rappelait l’animal qu’elle avait été un jour. J’étais un peu dégoûté de cette vue, mais ce qui était fait était fait, et il était impossible de faire revenir à la vie ce pauvre animal. Je reportais mon attention sur Karl, lui souriant comme avant, et comme si de rien était.

© Méphi.




___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mer 28 Aoû - 18:15

Elle retira ces mains puis me tourna le dos sans rien ajouter. Elle s'occupait de retourner les morceaux de viande. Puis elle se retourna et me dit qu'on ne se connaissait pas, « à peine »...Il lui faut du temps... J'étais embrouillé. Je ne savais pas quoi dire. Devais-je ajouter quelque chose à cela ? Devais-je fuir ? Devais-je rester sans rien faire ou dire ? Devrais-je continuer comme si je ne venais pas de … y repenser me faisais de la peine, même si cela n'était qu'il y a quelques secondes. Pourquoi ne m'avait-elle pas repoussé si elle ne voulait pas ? Pourquoi ne m'étais-je pas pris une main ou autre chose par la tête ?
Elle me souriait et me gardait ici par simple sympathie ? Oui... peut-être. Dans ce cas là elle devait penser que je ne valais pas mieux que tout autre homme. Elle devait penser de moi que j'avais profité de son attention à son égards pour … Lorsqu'on essaie de prévoir des scènes futures, en l’occurrence trois possibilités pour moi, faut-il toujours avoir affaire à une autre ? Il aurait été tellement plus simple qu'elle me mette une claque...que je prenne mes affaires et que je meurt à parcourir les routes sous la pluie pendant des heures. Je soupirais intérieurement. J'étais en train de me faire une de ces histoires que l'on peut écouter d'un bouffon de rue. N'empêche qu'avec du recul je me rendais compte que ces histoires renfermées une part de vérité.
Je me réveillais après cette réflexion. Je me relevais à l'intérieur de moi même. Mais pour qui je me suis fais passer en l'embrassant ? J'étais tranquillement en train de mener cette conversation, fort agréable. Et elle décidait de se livrer, là je dérapais. Pourtant, si je comparais cela à un sol glissant, même les jours où je suis sous la pluie je suis plus prudent et je fais attention où je mets les pieds. Mais quel genre d'homme je suis ? Pas du genre à se jeter comme ça sur une femme, aussi belle soit-elle. Je ne comprenais rien. Que voulait donc dire tout cela ? Et ces « faux espoirs » ? Qu'est -ce qu'on veut laisser entendre quand on parle de faux espoirs ?
Je me compliquais trop la vie, ou pas assez. Mes réflexions ne me menaient à rien. Je n'arrivais pas à penser de manière pragmatique.
Elle se retourna après avoir fini de faire cuire la viande. Tant de temps à passé ? Lorsque je m'étais détaché d'elle elle ne commençait qu'à frémir. Elle me tira de mes pensées soucieuses et sans but. J'étais confus. Je pris une chaise et m'assis. Je tombais sur le sol, idiot. J'ai manqué de m'asseoir. J'étais à présent par terre. Je n'avais rien. Je n'avais pas envie de me relever. La fraîcheur du sol me calmerais et malgré tout je ne pensais pas à autre chose. Je soupirais de ma bêtise, agacé d'un tel manque d'habileté. Elle avait agit comme si de rien était et n'y revenait pas. Elle souriait toujours et restée amicale. Son sourire me confondait dans des pensées de plus en plus mêlées. Je relevais la tête vers elle, je ne souriais pas. Je n'étais pas vexé, mais je ne voulais pas en rajouter non plus.
Je lui adressais de nouveau la paroles toujours au sol :

« Je vais bien. J'ai rien. J'aimerais resté là un instant... (je soupirais). Pour la viande rajoute du liquide là (je lui désignais le vinaigre balsamique). T'en met à peine le fond de la gamelle. Tu laisses cuire et tu mélange avec deux ou trois cuillère de miel qui va fondre. Une fois ça fait je me lèverais peut être. ... »

Je me calais le dos sur un meuble derrière moi. Je tendis mes jambes devant moi et fermais les yeux. Puis j'ajoutais en marmonnant un peu :


« Si ça te pique trop le nez tu rajoute du miel. Tu peux goûter aussi... »

Que faire maintenant ? Continuer à cuisiner et faire le bon gars qui apprécie sa cuisine... Une idée d'espoir me vint à l'esprit. Et si, tout bonnement, j'apprenais à la connaître et gagner sa confiance ? Je me détendais à cette idée. Le sol froid  me calmais et je relâchais un peu la pression. Comme les nains disent : « Quand la pression monte, assis toi et bois ! » . Je souriais à cette idée. Je gardais les yeux fermés et m'emplissais le nez des odeurs environnantes. Je sentais l'odeur de la cuisson, elle devait faire un bon mélange. Je ne sentais rien d'anormal, pas de grillé, pas de piquant... Je sentais son parfum. J'écoutais a pluie tombait à flots à l'extérieur, les rats dans les murs, le bruit d'Eliana à sa cuisine.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Jeu 29 Aoû - 12:32









Rencontre avec une elfe et son monde...

Karl Grimmann φ Eliana K. Naïa


Je m’occupais de la cuisson, plus pour remettre en ordre mes pensées, que par vrai intérêt. Je ne savais quoi penser. Je jetais un regard à Karl, mon sourire toujours accroché à mes lèvres. Il m’était sympathique, et je n’avais pas envie de gâcher cela à cause d’un coup de tête. Il s’assit. Ou plutôt essaya. Il rata la chaise, et se retrouva fesses par terre. Je me retenais de pouffer bêtement. Après tout, ça n’avait rien de drôle, il s’est peut être fait mal. Il releva la tête vers moi, et je remarquais qu’il n’avait plus le sourire. L’avais je blessé ? Vexé ? Surement, oui. Je ne le voulais pas, mais je n’avais d’autre choix.
« Ca va ? Tu ne t’es pas fait mal ? »
 
Il me répondit qu’il allait bien. Il me désigna ce qu’il fallait que je rajoute à la préparation, et dit qu’il se relèverait surement après. Je le regardais, une lueur tristounette dans les yeux. L’avais-je tant que ça blessé par mes paroles ? Je reportais mon attention sur les morceaux de viande, et y ajoutais ce qu’il fallait. Je goutais du bout des lèvres le jus, et trouvais ça fort bon. Mon sourire réapparu  sur mon visage. Je me retournais vers mon invité, et lui tendais la main, pour l’aider à se relever.
 
« Tu ne vas tout même pas rester là toute la soirée ? Aller, lève toi. »
 
L’aidant à se relever, je croisais son regard. Je le détournais vite, le posant sur la chaise se trouvant là.
 
« Tiens, assis toi... Et cette fois, ne rate pas la chaise »
 
Je souriais de plus belle. Je me retournais, et fouillais dans un placard.
 
« Je dois avoir quelque part... Une de ces liqueurs... C’est celle d’un nain qui m’en a fait cadeau... Je ne l’ai jamais ouverte... A, la voilà ! »
 
Je sortais du placard une bouteille poussiéreuse, à l’étiquette jaunie. Je la posais sur la table, et sortis deux verres, que je remplis.
 
« Je ne l’ai jamais gouté, parce que je n’aime pas vraiment l’alcool. Mais il parait que celui là est excellent... Aller, à ta santé ! »
 
Je trinquais avec lui, et bu une petite gorgée. Je fis la grimace en sentant ma gorge bruler sous l’effet du liquide. Mais passé cette sensation étrange et désagréable, je trouvais que le gout était plutôt bon. Je n’en boirai pas des verres et des verres, car en plus de n’aimer que superficiellement ces boissons, je ne savais pas quel effet elles avaient sur moi. Ben oui, quand on ne boit jamais, comment savoir si on résiste à l’alcool ? Je regardais Karl, assise à côté de lui. La cuisson ! Je me levais d’un bond, et allais enlever du feu la viande et son jus qui commençais à bruler.
 
« Mince... »
 
Mes talents de cuisinière se révélaient là. J’étais pitoyable.

© Méphi.




___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Jeu 29 Aoû - 14:37

 Elle se retourna et décida de m'aider à me relever. J'ouvris les yeux et les levais jusqu'à son visage. Elle avait raison je n'allais pas resté là toute la soirée. Je pris sa main. Elle était douce et forte. Elle me tira du sol avec conviction. Je croisais son regard fuyant qui se posait sur la chaise. Elle m'offrit de m'asseoir, sans louper la chaise cette fois. Elle se moquait gentiment. Elle gardait son sourire. JE ne comprenais pas son agissement. Elle essayait de me réconforter ou quoi ?
Je m'assis en soupirant. Puis je finis par lui sourire de nouveau. Elle se tourna et fouilla dans son placard. Elle en sortit une liqueur des nains qu'on lui avait offert. Elle posait deux verres sur la table et nous servait. C'était comme un petit acte de rédemption. Un petit « pardon » murmurait. Nous trinquions, à je ne sais quoi... Je bus le contenu de mon verre d'un trait. C'était de l'arrache gueule à la façon des nains. L'alcool me brûlait la langue, puis le palais et descendit dans ma gorge. C'était un de ces alcool qui servait à nettoyer les boyaux après une de leur soupe infecte de caserne.
Je me demande bien qui avait pu lui offrir ça. Cette elfe me surprenait encore. Le goût restait après, c'était un peu plus agréable. Je n'en prendrais pas un autre.
Elle se leva et alla vers la viande. Je me levais aussi pour sauver notre repas. Elle coupais le feu mais ne savais pas quoi faire. Je souriais à la voir faire.

« Attends. Laisse moi faire. »

Je riais à la voir ne pas savoir comment agir. Je repris les rennes de la cuisine. 

« Regardes. Tu prends un peu plus de vinaigre. Tu mets une cuillère de miel en plus et tu sauves le truc. Voilà... tu mélanges comme ça. Et on mange quand même un bon truc. Tu avais fait du bon boulot si je n'étais pas resté par terre... Le riz est cuit. Tu l'avais oublié. Faut l'essorer, enlever l'eau qui reste si tu préfère. »

Je lui disais quoi faire mais c'est moi qui agissais. Je mélangeais le tout après m'être occupais du riz. Je n'en mis pas à côté.

« Voilà, c'est prêt. Et pardon si tu ne manges pas de viande … Tu ne m'as rien dit avant que je parte faire mes achats.... Mais je te jure que c'est bon ! … Je te l'ai déjà dit... Tu pourrais y mettre dans une marmite à couvercle s'il te plaît, le temps de manger l'entrée.»

Je la laissais faire cela et préparais le poisson. Je le découpais et en fis des miettes. Je les mélangeais avec une préparation. Je partageais les miettes entre deux assiettes. Je pris un petit bol qui était visible dans le placard. Je lui avais tendu et demandais silencieusement si je pourvais le prendre. Elle me fis signe que oui. Je mis de la moutarde à l'intérieur que je mélangeais avec de l'huile pour que ça devienne liquide puis rajoutais du vinaigre. La couleur ressemblait à celle du chocolat, autre chose d'exotique par ici. Une fois terminé je vidais ma sauce sur les miettes de poisson. Je l'enjoignais de s’asseoir. Elle s'installa et mis la table, sans les assiettes que je tenais. Elle s’assit et je lui déposais l'assiette.

« Vas-y goûtes ! »

Je m’assiérai si cela était bon. Apparemment oui. Je m'installais en face d'elle et mangeais mon assiette. Je finis et je vis descendre un rat de la poutre. Nous le suivîmes du regard. Il descendit le long du mur et grimpa sur la table. Il criait :

« Et toi là, j'ai deux trucs à te demander puisque tu nous comprends ! »

J'étais étonné. Nous avions fini l'entrée tout les deux. D'ailleurs je me rendis compte qu'elle m'avait regardé finir. Il ne restais rien de ma préparation dans nos assiettes. Je reportais mon attention sur le rat dressé sur ces pattes arrière et lui demandais dans ma langue :

« Que veux tu ?

    Je veux exprimer une requête à cette femme au nom de la communauté. »






    Je traduisis les paroles à Eliana. C'était bizarre mais je me demandais bien qu'est-ce qui était derrière la témérité de ce rat. Allait-elle le chasser ou se prêter au « jeu »?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mer 4 Sep - 12:43









Rencontre avec une elfe et son monde...

Karl Grimmann φ Eliana K. Naïa


Je regardais Karl sauver notre diner. Il était beaucoup plus doué que moi, car il réussit sans mal à rattraper le coup. J’espérais sincèrement que le fait que j’ai rejeté ses avances n’ai pas jeté un froid entre nous deux. Il ne semblait pas, mais je n’en étais pas certaine. Après tout, mon invité avait retrouvé son sourire, et ne parlait plus de ça. C’était mieux ainsi, certainement. Je mis la table, et Karl posa nos assiettes face à face. Si ma mère me voyait, elle me dirait surement de me méfier de lui, et que j’avais bien fait de ne pas accepter ses avances, car elle ne le trouverait pas à son goût. Mais si ma grand-mère me voyait, elle rayonnerait, heureuse que j’ai trouvée de la compagnie, et aucunement déçue que je ne l’aime pas. Mais peu importe ce que pense mes aïeuls, je vis ma vie, un point c’est tout. Et temps pis leurs remarques. Je mangeais, appréciant ce qui se trouvait dans mon assiette. C’était vraiment bon, je n’avais jamais mangé quelque chose de semblable. Je regardais finir Karl, essayant de deviner ses pensées. Peut être pensait il à ce qui c’était passé tout à l’heure ? Ou a sa mission ? Ou à autre chose ?
 
Un mouvement sur ma droite me fit tourner le regard. Un énorme rat descendait d’une poutre. Une grimace de révulsion se lisait sur mon visage lorsqu’il grimpa sur la table. Que fichait-il là !? Il avait du culot lui ! Il allait finir dehors, c’est tout ce qui l’attendait. Puis, je me souvins que Karl pouvait lui parler. Etait ce pour ça qu’il était là ? Ils se parlèrent un instant, Karl s’exprimant dans sa langue. Il me traduit les paroles du rat, et je les regardais tour à tour, bouche bée. Je ne savais que dire, surprise par cette situation. Je refermais finalement ma bouche, et me concentrais sur le rat.
 
« Et bien, que veux tu, je t’écoute. »
 
Je n’avais jamais était fourré dans une situation si ridicule. Heureusement que personne ne nous voyait, il nous prendrait pour des fous ! J’attendais que cette créature demande ce qu’il avait à demander, que la soirée puisse reprendre un cours... Normal. 

© Méphi.




___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mer 4 Sep - 14:12

Elle nous regarda tour à tour bouche bée. La situation devait être peu banale pour elle. Elle ne savait pas quoi dire, et je pense, encore moins quoi faire. Elle finit par reprendre contenance. Elle reporta son attention sur notre invité à table peu voulu et lui demanda:

"Et bien, que veux tu ? je t'écoute."

Le rat l'avait compris. Il essaya de lui répondre. Mais les mots ne lui vinrent pas à l'esprit, si tant est qu'il en ai un...
Il se tourna vers moi et dit:

"Je vais lui dire le seul mot que je connais dans votre langue."

Je souriais, je savais ce qu'il allait dire. Je traduis l'affirmation à Eliana. Le rat s'approcha doucement d'Eliana et se redressa fièrement. Comme s'il sourit il prononça ce seul mot:

"Oui"

J'expliquais alors à Eliana:

"Les rats ne parlent pas notre langue et pour eux c'est le mot le plus facile à prononcer. Ne lui en veux pas mais chez eux c'est une coutume de respecter la langue de leur interlocuteurs. Pas toujours, mais la plupart du temps. C'est pour cette raison qu'il commence par ça, te dire le seul mot qu'il connait. C'est à la fois de la politesse et un profond respect. Il comprendra tout ce que tu lui dira mais je te traduirai le reste."

Le rat s'éloigna de nouveau un peu de côté. Il hocha la tête comme un humain à la fin de mon explication. Puis il parla et je traduis à mesure:

"Je m'appelle Gus ! Je suis de la communauté de la forge. Les "rats" qui habitent cette maison. Nous vivions ici depuis le père de ton père. Nous nous sommes installés. Ton papa ne savait plus quoi faire pour se débarrasser de nous. Un jour il a fais appel à un parleur (J'expliquais, en plus de la traduction, que c'était le nom qui était donné au personne qui peuvent leur parler, comme moi). Ce parleur a permis à ton papa de communiquer enfin ! Le papa de mon papa de mon papa (je lui traduisis telle qu'elle puis précisais: arrière-grand père) a conclu un traité avec ton papa. Avant on t'a pas embêté... pas trop. Nous aimerions que tu acceptes de parlementer avec nous, ou modifier des accords. Hum... Le potage étant chez nous aussi préparé je vais manger. Je vous laisse manger, c'est important. Mais avant je voudrais savoir si tu es prête à parler ? Et ... merci pour ton vêtement qui te sert à tenir tes seins, c'est un beau lit pour mes bébés !"

A ces derniers mots elle rougit. Je lui avais traduit fidèlement les paroles du rat en souriant à le voir se tordre en parlant et faire s'exprimer son corps. Qu'allait-elle décider ? J'aimais bien ce rat, mais il est vrai que la situation était embarrassante... 
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mer 11 Sep - 16:00







Rencontre avec une elfe et son monde...



 


♪ Je suis l'invité surprise ! ♪


Karl Grimmermann & Eliana K. Naïa

 

Je regardais se rat, partagée entre l’exaspération, et l’amusement. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’on avait l’occasion de parler avec un de ces animaux. Je regardais, stupéfaite, la rat me dire un ‘oui’. Karl m’expliqua qu’il était dans leur politesse de respecter la langue de son interlocuteur. Peu m’importaient, tout ce que je voulais, c’est qu’il en finisse vite. J’écoutais Karl traduire les couinements du rongeur, regardant celui-ci, en jetant de temps à autre un regard à mon traducteur. J’étais bien heureuse que notre invité non désiré décidait de nous laisser manger, avant de revenir pour parlementer. Je n’avais aucune envie de discuter avec lui, mais si ça pouvait m’éviter d’avoir à me débarrasser de tous ces rongeurs... Sa dernière phrase me fit monter le rouge au joues plus vite que je ne m’en croyais capable. Je n’osais tourner mon regard vers Karl. Peut être arriverais-je à redevenir de mon teint naturel avant qu’il ne se rende compte de mon trouble. Oui, vraiment, il fallait changer quelques accords... Comme notamment la mystérieuse disparition de quelques un de mes vêtements. J’essayais de reprendre contenance, et de chasser mon trouble, avant de m’adresser d’une voix claire au rongeur.
 
« Eh bien Gus, je crois effectivement que l’on devrait parler de ces fameux accords... Bon, à toute à l’heure alors. »
 
Je regardais le rat s’éloigner –et surtout quitter la table-, avec un soupir. Mon père ne m’avait jamais parlé de ce pacte avec les rats. D’un coup, je me sentais comme trahi. Pourquoi ne m’avait il rien dit ? On aurait pu en rigoler tous les deux, mais il avait préféré passer cela sous silence. Peut être par peur que je ne le dise à ma mère ? Je me souviens que celle-ci voulait chasser les rats, quand j’étais petite. Je détournais mon regard de l’endroit ou avait disparu le rongeur, pour le poser sur Karl. J’eus un petit sourire, mes joues reprenant lentement leur teinte habituelle.
 
« Ca t’arrive souvent des situations comme celles-ci ? »
Code by Val'



___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mer 11 Sep - 16:44

Elle resta un instant à réfléchir. Elle devait sûrement surmonter ce sentiment d'immiscion dans une partie de sa vie privée. Elle baissa légèrement la tête, me jeta un coup d’œil, avant de reconsidérer notre invité impromptu. Elle repris alors d'une voix claire :

« Eh bien Gus, je crois effectivement que l’on devrait parler de ces fameux accords... Bon, à toute à l’heure alors. »

Elle acceptait donc de parlementer avec sa communauté et ne me prenait pas pour un fou, pas totalement … Je ne sais même pas ce qu'elle devait penser de moi et ce rat à cet instant précis. Le rat repartait comme il l'avait dit et reviendrait une fois que nous aurons mangé. Elle restait pensive en regardant ce rat s'éloigner. Puis elle reporta son attention sur moi et me posa cette question au moment où je prenais un verre d'eau (j'avais beaucoup parlé) :

« Ca t'arrive souvent des situations comme celles-ci ? »

Je ris à cette question. Je n'avalais pas l'eau qui arrivait à mes lèvres et reposais le verre avant de m'étouffer. Je souriais mais ne savais pas quoi lui répondre. Son regard était franc et elle souriait à m'en blesser le cœur. Ces yeux bleus brillaient.

« Et bien... Je … Je sais pas quoi te répondre à cette question. Je ne peux pas répondre à cette question... Bon si … Je vais tenter une réponse. »

Son regard intense et l'envie qu'elle avait de savoir ça était plus fort que tout. Je ne pouvais pas la laisser sans réponse. Je ne voulais pas trop lui en dire à propos de moi. Je ne savais pas si elle était de confiance... Si elle l'était. Sa beauté était pour moi comme le jardinier inexpérimenté qui doit tailler les roses du palais impérial. Des milliers de roses taillaient pour des milliers de coupures. Je regardais son visage rayonnant et tellement beau, ces cheveux soignés et ces yeux à nulle pareils. Pourquoi me garder là ? Pourquoi devais-je rêver éveiller en face d'elle ? Pourquoi une telle torture ? Je baissais mon regard vers d'autres choses plus fabuleuses encore avant de me reconcentrer sur ces yeux bleus enchanteurs. Je tentais de lui répondre alors, parfois j'avais l'impression que mon esprit se concentrait sur deux choses à la fois. J'avais penser à tout cela, ainsi que rassembler mes pensées pour lui répondre.

« C'est dur au début... c'était dur quand je ne le maîtrisait pas... Quand je ne maîtrisais pas ce don... ou je ne sais pas comment l'appeler. Aujourd'hui ça m'arrive quand je le souhaite. Mais ça pourrait m'arriver bien plus souvent. J'avoue que Gus à eu du cran de venir nous voir. Et non, ça c'est peu courant. Mais les rats sentent quand des accords doivent être revu. Et dans le cas présent ça doit être la première fois qu'ils perçoivent un parleur ici... »

Je me retournais et regardais la marmite. Je ne suis pas un vorace mais j'avais faim et j'écoutais aussi son ventre. Je souriais et lui disais en me levant :

« Et si on mangeait tant que c'est chaud ? »

Je me dirigeais vers la marmite et lui servais son assiette. Je lui posais délicatement devant elle. Je me détestais à passer un œil sur sa poitrine... Je me servais et m'assis de nouveau en face d'elle, le cœur battant la chamade. Elle me demandait autre chose, enfin continuait la conversation.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Dim 22 Sep - 17:50







Rencontre avec une elfe et son monde...



 



♪ Je suis l'invité surprise ! ♪


Karl Grimmermann & Eliana K. Naïa

 

Je l’écoutais rire et parler avec bonheur. Ca faisait longtemps que je n’avais pas passé une aussi bonne soirée. Il faut dire, qu’habituellement, je les passe seule et le plus souvent en train de forger. Je n’avais pas beaucoup de temps à moi, et surement que se sera mon boulot qui me tuera. Mais peu importe, c’est ce que j’aime faire, et tant pis si ça me tue. Le diner dura un moment, mais pourtant il me sembla s’écouler en une fraction de seconde. Nos rires joyeux se mêlaient, les paroles coulaient à flot, et nous en apprenions un peu plus l’un sur l’autre, sans non plus parler de choses plus intime. Nous discutions de tout et de rien, lui me racontait quelques unes de ses missions, moi je lui parlais de quelques mésaventures qui avaient pu m’arriver. Le repas était très bon, malgré le fait que je n’avais mangé qu’un petit morceau de viande, et tout se passait dans une bonne humeur que j’aimerais retrouver plus souvent. Lorsque j’eus débarrassé la table, je sortis quelques fruits et une bouteille d’alcool. Elle non plus n’était pas entamée et je ne connaissais pas son gout. Mais je comptais remédier à cela, et je plaçais deux verres sur la table que je remplis peut être un peu trop. Je ne savais même plus qui m’avait offert la boisson, ou si je l’avais acheté sur un coup de tête. Me rasseyant à ma place, je saisis mon verre, et trinqua avec Karl. Je portais mes lèvres à la boisson, et savourais son gout doux. On ne sentait pas l’alcool nous bruler la gorge –bien que je ne doute pas un instant qu’il en contienne beaucoup !-, et je resservis bien vite mon invité et moi-même. Je grignotais de temps à autre des fruits, sirotant du même coup la boisson alcoolisée, tout en parlant et écoutant ce que me disait le jeune homme assis en face de moi. Je me sentais si bien en ce moment ! Si à l’aise avec ce garçon charmant. J’en avais oublié les avances qu’il m’avait faites. Mais un petit quelque chose vint perturber la béatitude ce moment. Ce rat revint, redescendant par la même poutrelle que tout à l’heure, venant se camper devant nous, debout sur la table. Je n’étais pas très heureuse de le voir là. Cet invité impromptu avait il décidé de nous plomber l’ambiance de la soirée ?
 
« Ah oui, ces accords. »
 
J’avais parlé sèchement, mon regard fixé sur les petits yeux du rongeur. J’étais vraiment mécontente de le trouver là, mais tant pis, je crois que je n’avais d’autre choix que de faire avec.
 
« Eh bien, dis en quoi est ce que tu veux que les accords soient modifiés. Et dépêche toi, je n’ai pas que ça à faire ! »
 
Je regardais tour à tour le rat et Karl qui me traduisait ses paroles. Je voulais en finir au plus vite avec le rongeur, pour pouvoir continuer de discuter tranquillement avec mon invité. Pourquoi le fait d’être tranquille tous les deux me tenait tant à cœur ? Surement car je ne voulais pas que ce moment de joie, de bonheur que je partageais avec quelqu’un, s’arrête à cause de stupides accords avec les rats.
Code by Val'



___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Lun 23 Sep - 18:38



Rencontre avec une elfe et son monde – Eliana et Karl




J'avais servis le repas et la conversation repris son cours lentement. Je m'étais détendu et je savourais les mets dans mon assiette. J'observais aussi avec une grande attention la femme qui était en face de moi. Je ne sus pas trop quoi dire sur le moment. Puis je parlais de mon art culinaire, de mes missions et des faits des routes. La conversation allait bon train et je racontais différents de mes expériences. En contre partie elle me racontait volontiers son amour de la forge et me relatait ces premières expériences avec son père et son enfance enjouée et heureuse en ces lieux. Nous ne nous livrions aucune remarque personnelle, et, bien que la conversation fut riche, je n'appris rien vraiment d'elle et des élans de son cœur, que se soit pour d'autres hommes ou pour une cause. Les elfes ne me semblaient pas si différents des humains et aspiraient eux aussi à une vie sereine.

Je remarquais aussi entre nos rires et nos blagues sur nos expériences momentanée qu'elle ne parlait que rarement de sa mère et qu'elle ressentait de la nostalgie des moments passé avec son père, que j'ai compris, défunt. Il y avait dans ces lieux quelque chose pour elle qui paraissait du ressort de l'imaginaire. Tout le monde à ces représentations des lieux où nous sommes, mais je ressentais dans ces mots qu'une part d'elle même se trouvait dans ce savoir. Je l'admirait, par sa franchise et ces mots simples, ses non préjugés d'un homme des routes... Elle n'était pas simple, ni enchanteresse comme je pouvais l'imaginer. Elle était d'une beauté qui ne cessait de m'éblouir et me faire trembler, battre le cœur, et son intelligence vive me faisait sentir au mieux avec elle.

J'avais voulu me lever, partir avant cela. La conversation amicale et intéressante me faisait rester là, pendu à ces lèvres, à répondre à la moindre de ces questions, rire gaiement de nos bêtises. Elle avait de l'humour, pas toujours facile à comprendre aux premiers abords mais toujours efficace. Nous riions donc ensemble et dans une douce chaleur... ou était-ce moi...  

Son sourire me faisait défaut et je faillis à différents moment, en pensée seulement dans les faits, partir d'ici en courant. Pourtant il m'était agréable de rester là. Loin de moi l'idée de ne pas réfléchir avant d'agir je restais là à faire le contraire de mes opinions et mon incapacité à me dégager du regard de cette elfe ne trouvait aucune explication dans mon esprit. J'étais abrutie par cette belle femme, ces paroles et l'étrangeté de la douceur dans laquelle était nimbée la pièce.

Le repas se déroulait dans cette ambiance indescriptible mais agréable. Puis vint la fin du repas, elle n'avait guère touchait à la viande, en même temps si on est pas habitué à en manger et que c'est pas dans notre culture... mais elle avait goûté. Je ne m'enorgueillissais pas de ce fait. Elle ramena les fruits que j'avais acheté et nous en mangions quelques uns, dans une conversation qui perdait de la vitesse, mais qui allait toujours bien. Je ne savais même plus ce que je voulais faire de ces fruits, alors je les mangeais comme ça, doucement, je ne sais pourquoi, elle me posait trop de questions ? Non. Je n'avais plus faim ? Un peu …

Puis revint Gus. Il jeta un petit froid, entre nous trois. Il monta sur la table. Étant magicien je comprenais non seulement la langue des rats mais aussi leur langage corporel : il était gênait. Il se dressa sur ces pattes, et l’accueil que le fit Eliana dû lui mettre un froid dans le dos. Son ton avait changé et elle semblait dérangée par un invité pourtant prévu. Je m'étais avisé de lui faire d'autres avances de peur d'une réaction semblable. Mais si elle ne voulait que de l'amitié entre nous, pourquoi repousser Gus qui venait perturber notre « entre-soi » ? Je ne répondit pas à ma question étant donné les paroles d'Eliana... je devrais traduire.

Le rat baissa la tête, comme soumis à la volonté verbale de l'elfe. Il redressa doucement le museau et ces moustaches frétillèrent. Il commençait à parler et moi de traduire :

« Pardon madame. Je sais que je ne suis pas le bienvenu sur la table d'un humain, et je m'en excuse. Je ne veux pas vous importuner et vous faire sentir mal. Si votre papa a fait ces accords avec nous, c'était pour vivre en paix et voire s'entraider ! »



Gus ne put s'empêcher de répliquer au ton d'Eliana qui pris un autre air sans rien ajouter. Gus me dit quelque chose que je ne lui traduisis pas :

« Elle est fâchée hein... Je vais appeler la délégation. Ma tante pense que c'est pas gagné pour toi ! Par contre nous on aimerait bien que tu reste, et qu'elle soit moins seule »

Il siffla doucement et deux autres rats descendirent de la poutre portant un long parchemin à deux. Le papier n'était pas très abimé. Ils montèrent sur la table mais je leur pris le papier avant.
Le le lis à haute voix à Eliana sur demande des rats :

« Ce présent document atteste de ma conciliation avec la communautés de la forge des rats de Cirth. Moi, Naïa Sùlimo, signe ici les accords trouvaient avec la communautés pour vivre sereinement et d'apports mutuel en cette forge.
Règle numéro une : La vie des uns ne doit pas être néfaste à celle des autres
Deux : Les rats doivent rester dans les espaces qui leurs sont désignés : le toit de l'entrepôt des armes (un rat rajouta : à l'époque), l'arrière en haut à gauche de la cheminée, le seuil du rez-de chaussée sous la porte d'entrée, l'arrière droit en totalité de la forge en elle-même (aussi à l'époque), et la chambre d'ami de l'aile nord (de l'époque). »

Gus m'interrompit en disant que ces lieux n'avaient pas changés pour la communautés mais qu'Eliana avait modifié la forge. Le dernier espace se trouvait donc entre le mur de sa chambre et celle des invités. Gus sourit et fit une remarque gentille envers l'elfe et lui disait que s'il voulait changer les accords c'était aussi pour son bien à elle.
Je continuais la lecture :

« Trois : les uns ne doivent pas prendre à l'autre ce qui n'est pas de la maison, ne doivent pas importuner l'autre de soucis de l’extérieur. Par exemple la communautés n'a pas le droit d'aller chercher à l'extérieur des objets de valeur tels que les bijoux non demandés.
Quatre : la communautés devra délivrer chaque mois un don au maître de séant en nature. Ce don sera posait sur la cheminée à chaque changement de saison et chaque foires. »


Gus précisa que la communautés arrêta de le faire pour ne pas embêter la jeune femme en face de moi, pensive, et attentive. Ils lui ont tout de même offert quelques bijoux lorsque des voyageurs partaient pour qu'elle pense qu'elle pouvait les garder, dû à un oubli de ces personnes de passage.

« Et enfin cinquième règle : la communauté peut emprunter de façon permanente les objets tombaient dans l'évacuation principale s'ils ne sont pas réclamés par le propriétaire.

Règle de fête : lors des fins d'année des cadeaux seront échangés, deux jours après les fêtes du nouvel an. »


Je finis ma lecture par ces mots. Gus ajouta alors :

« Votre papa a fini par nous accepter d'abord. Puis nous nous sommes rendus service. Et il a fini par nous aimer. Et lorsque tu étais petite et plus tard chez ta maman, nous venions le voir... et même s'il était incapable de comprendre ce que nous disions...ben nous étions simplement là pour lui. Et nous on sera là pour toi... même si ce soir tu as un ami.. pardon. »

Gus faisait une petite mine et regardais le visage d'Eliana en penchant la tête.

« Que veux-tu dire ? »

Piètre traduction sur le moment. Je regardais Eliana moi aussi. Elle était toujours aussi forte et belle dans cette situation. Je ne savais pas quoi dire de plus. Gus avait bien parlait et semblait être attaché à cette femme qui devait s'accoutumer à sa présence. Je ne sais pas trop dans quel état d'esprit elle était, mais la communauté ne semblait être en aucune manière menaçante envers elle. Je souriais aussi et regardais Eliana. Je lui frôlais la main et elle lui répondit.





Revenir en haut Aller en bas


avatar
I see you
Messages : 227
Age : 21
Localisation : Elfes > Reniar > Voronwë > Cirth


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Sam 26 Oct - 11:37







Rencontre avec une elfe et son monde...



 



♪ Je suis l'invité surprise ! ♪


Karl Grimmermann & Eliana K. Naïa

 

Ce simple ‘pardon madame’ eut l’effet d’un électrochoc pour moi. Pourquoi avais-je traité ainsi Gus, alors qu’il était attendu ? Je ne dis cependant rien, attentive aux paroles que traduisait Karl. Je l’écoutais ensuite lire le papier qu’avaient amené deux rats. La clause des cadeaux ne me paraissait pas utile, pas plus que les règles de fêtes ou je ne sais quoi. Une fois la lecture du document finie, je le pris doucement des mains de Karl. C’était l’écriture de mon père. Je souris faiblement. Un des rares objets à avoir survécu au feu qui avait ravagé notre maison et à lui avoir appartenu. Je reposais le papier sur la table. Alors que je m’apprêtais à répondre, les doigts de Karl frôlèrent les miens. Sans vraiment le vouloir, mes muscles se crispèrent. Puis se détendirent.
 
« Il va de soi que ces accords doivent être modifiés, notamment puisque les emplacements de chaque pièces ont changés. »
 
Je me levais et pris un morceau de papier ainsi qu’une plume et un encrier. Je rédigeais les premières lignes de la même manière que l’avait fait mon père. Mon écriture fine, légère et soignée se figeait rapidement sur le papier. Quelques minutes. Voilà le temps que ça me pris à repenser les accords et les poser sur le papier. Je lu ce que j’avais écrit à haute voix, pour en faire part à Gus et Karl.
 
« Ce présent document atteste de ma conciliation avec la communautés de la forge des rats de Cirth. Moi, Eliana Kathleen Naïa, signe ici les accords trouvaient avec la communauté pour vivre sereinement et d'apports mutuel en cette forge. 
La vie des uns ne doit pas être néfaste à celle des autres, il en va de soi. Pour cela, les rats doivent rester dans les espaces qui leurs sont dédiés. Les combles et la toiture en font partie, tout comme le placard se trouvant au rez de chaussé. Ils ont aussi droit à l’accès de la forge, tant qu’ils ne nuisent pas au travail du forgeron.
Ensuite, pour respecter la liberté de chacun, il est important de ne pas prendre à l’autre ce qui ne lui appartient pas. Sauf si ses dits-objets semblent perdu, endommagés, ou non voulu de l’autre, tant qu’il ne le réclame pas.
Pour finir, notons que lors des fêtes, la communauté comme les habitants de la forge, se doivent d’offrir un présent à l’hébergeur et l’hébergé. »
 
Je sentais les regards de mes interlocuteurs posés sur moi. Mais un en particulier. Comme s’il avait le pouvoir de me bruler sur place. Je relevais mes yeux vers ceux de Karl. Intenses. S’il avait pu se jeter sur moi, je suis certaine qu’il l’aurait fait. Ca aurait pu me faire tressaillir, me faire froid dans le dos. Mais non. Ca me troubla juste. Je reportais mon attention sur le rat, lui donnant un sourire bien veillant. 
Code by Val'



___________________________________________

Si je pouvais oublier,
j'oublierais
Où sont le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? Ils sont passé comme la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. Les jours sont descendus à l’ouest derrière les collines, dans l’ombre. Comment en est-on arrivé là ?







By Oli', merci I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde Mer 30 Oct - 18:19



Rencontre avec une elfe et son monde – Eliana et Karl


Son attention particulière me faisait frissonner. Jamais personne n'avait pris un rat au sérieux, et des fois encore moins le gars qui les comprenaient. Je ne sais pour quelles raisons elle ne m'avait pas pris pour un fou comme de nombreuses autres personnes. Avait-elle l'habitude de côtoyer la magie ? M'étais-je pour une fois bien présenté et fait accepté ? Je n'en sais rien. Tout ce que je pouvais voir c'était l'attention qu'elle nous portait et l'importance de notre discussion avec elle. Ses yeux brillaient à la lueur des lampes qu'avaient allumés les rats sans que l'on s'en rende compte. Le feu de la forge s'était maintenu et continuait de baigner la salle dans une douce chaleur. Il y avait encore une faible lumière bleutée dehors. Je ne sais pas quel temps il faisait dehors et cela m'importait peu. Je regardais ces yeux encore et me dit que ce soir je n'aurais peut-être pas à reprendre la route. Je baissais le regard sur ses mains. Puis, à la fin de ma lecture elle tendit l'une d'elle et me pris le papier des miennes avec une très grande délicatesse. Je relevais le haut de mon corps et me redressais sur ma chaise. D'une part je n'avais plus à lire ou me pencher vers le rat, qui parlait déjà assez fort, mais aussi pour observer la femme devant moi. Elle n'avait pas le teint aussi blanc que les elfes que j'avais rencontrés sur ma route. Elle n'était pas non plus aussi frêle, et elle était pleine de vie.

Lorsqu'elle me pris le papier et qu'elle l'observa avant de le relire j'eus l'impression qu'il représentait beaucoup plus pour elle qu'une simple conciliation avec la communauté des rats. Je ne voulais rien dire et la laissé réfléchir tranquillement à admirer sa beauté en silence. Elle eut un sourire éphémère et reposa le papier. J'avais entre temps remis mes mains sur la table et j'étais prêt à prendre note d'une nouvelle clause puisqu'elle venait de dire qu'il fallait en changer les accords. Nos mains se frôlèrent et mon cœur s’accéléra rapidement. Nous les retinrent rapidement chacun de notre côté avant de nous redétendre. Je me calmais et elle se leva. Au lieu que je prenne note elle le fit elle-même. Je la regardais écrire sur un nouveau parchemin. Je lui laissais le temps de réfléchir et noter les différentes règles qu'elle voulait voir s'appliquer en ces lieux et envers eux. Son écriture était belle, ses lettres biens formées... Elle avait dû apprendre tôt cet art, ou peut-être était-ce dans l'éducation de tout jeune elfe...
Elle ne releva pas le nez de la feuille avant que tout soit terminé. Elle n'avait marquée que deux courtes pauses.

Elle posa enfin sa plume et pris le papier pour le lire. Je l'écoutais attentivement comme les deux rats. Ces petites bêtes comprenaient très bien chacun de ces mots si l'inverse était loin d'être aussi évident.

Elle avait une si belle voix que je me trouvait à plus écoutais la mélodie de celle-ci que le fond véritable de ses mots même s'ils ne m'échappais pas. Je me surprenais encore à la regarder avec passion et m'attarder un insant encore sur la beauté de son visage avant de répondre.

« Je trouve ça très bien. Qu'en dites vous ? »

Les rats hochaient la tête positivement comme nous le faisions nous autre humains. Puis Gus répondit :

« J'aime aussi. Toi .. rrrmm. Prend les accords et relie. Il faut mettre en forme maintenant. »

Je pris le papier des mains d'Eliana tout doucement, sans doute avec moins de délicatesse qu'elle mais sans être trop brusque non plus.

« Jolie écriture
Hum.. en effet... Alors, reprenons ça un instant si tu le veux bien »

Je reprenais les accords et vis qu'elle n'avait pas ordonné le texte. Il me semblait voir les rats sourire avant que je reprenne la lecture.

« Eliana... Je sais que ça peut être contraignant, ou que tu n'ai pas trop envie ce soir, mais c'est important. Je trouve que ce que tu as écrit est très bien. Maintenant il s'agit de bien le mettre en forme, corriger les quelques petites fautes qui traînent. Enfin tu réécris et vous signé tous ces nouveaux accords. On le fait ce soir ou tu préfères y revenir.. demain... un autre jour ? Tu sais, eux ont tout leur temps et peuvent garder ce document comme provisoire. Dis moi, dis leur. »

Les rats écoutaient ce que je disaient et hochaient encore la tête ce qui me fis sourire inévitablement à les voir faire. Ils se tournèrent ensuite vers Eliana et attendaient sa réponse encore en souriant, enfin je crois. Je reposais la feuille devant moi en gardant le haut de la page entre mes doigts. Je lui souriait également mes yeux dans les siens mobiles. Elle nous regardait tour à tour avant de me fixer moi. J'attendais sa réponse.




Revenir en haut Aller en bas


I see you
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rencontre avec une elfe et son monde

Revenir en haut Aller en bas

Rencontre avec une elfe et son monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un RP avec une elfe ?
» le loup et l'elfe |Abandonné]
» [Accepté] Partenariat avec Shi-Telara, la Cité-Monde
» LES ELFES : Compte Rendu
» Présentation des elfes de maison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contrées oubliées. :: This is the end :: Corbeille :: Archives RP-