RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Ven 4 Oct - 12:01



Women are made to be loved, not understood.
Nyméria ne pouvait pas encore me porter sur son dos pour que nous occupions le ciel comme s'il était notre. Du moins, pas très longtemps. Ma dragonne n'atteindrait sa taille adulte que d'ici cinquante ou soixante ans. Pourtant, j'adorais chacun des courts voyages dans l'infini des cieux. Ce soir, nous avions décidé de poser nos bagages tôt afin de pouvoir nous amuser un peu. Au bout d'une petite heure à sentir le vent dans mes cheveux, à voir le monde devenir minuscule sous les coups d'ailes puissants de ma compagne, Nyméria m'indiqua qu'elle était fatiguée et que nous devions rentrer.
Le ciel commençait à prendre des couleurs d'or. Les nuages semblaient s'enflammer, et l'air tiède se rafraichissais à chaque seconde. Mais, pourtant, je n'aurais échangé ma place pour rien au monde. Voyager dans le ciel était grisant. l'Atterrissage, avec le sol qui se rapprochait à chaque seconde, comme si nous allions nous écraser dessus était une bouffée d'adrénaline et d'énergie. Pourtant, elle ne se loupait jamais.
Je posais les pieds sur le sol ferme, encore légèrement désorientée par le vol. Le retour à la réalité était toujours un peu difficile. Nyméria avait choisi une petite clairière en plein milieu d'une forêt, proche de mon but : Cirth, la cité des elfes. J'avais besoin d'un parchemin perdu au milieu de la grande bibliothèque, dont m'avait parlé un scribe humain qui s'était fait pour spécialité d'étudier les dragons. Peut être allait-il réussir à répondre à ma question : pourquoi Nyméria et moi étions nous liées depuis le jour de sa naissance ?
- Tu peux pas garder tes questions pour toi ?
Elle ne parlait pas avec des mots, bien sûr, mais c'était ce que ses images et son humeur ronchon voulait dire. Et, la traduction de ceci était claire : je pensais trop fort, et elle avait envie de dormir. Saviez vous que les dragons pourraient dormir environ un siècle si personne ne les réveille ? Quoi qu'il en soit, mon rire clair retentit entre les arbres et je secouais la tête de droite à gauche.
- Et bien, dors, vile créature. Je dois monter le campement, moi.
Je partis ramasser du bois et créais un petit foyer que j'allumais, par habitude, avec des silexs. Je n'aimais pas utiliser ma magie en dehors des situations de crises. Oh, parfois, pour amuser les enfants, je lançais un sort de lévitation ou deux. Mais, jamais plus. Plus depuis cinq cent ans et cette peur légère que j'avais de retomber dans les pommes à cause d'une utilisation trop importante, comme ce jour où j'avais donné naissance à un dragon. Fierté, et handicap à la fois.
Je sortis mes couvertures et mis un lapin à griller, avant de vérifier le contenu de mes provisions. J'allais devoir chasser un peu dans les prochains jours si je ne voulais pas arriver affamée à Cirth. Je n'avais presque plus rien. Nyméria mangeait de plus en plus, et elle adorait piquer dans mes provisions au lieu d'aller voler une chèvre au paysan du coin.
C'est à ce moment là qu'un bruit étouffé me fit tourner la tête. Un elfe se tenait la, bouche bée, son regard fixé sur ma droite. Je me retournais, pour regarder Nyméria, qui avait levé la tête et grondait légèrement.
- Oh merde.
Elladan. Contre Nyméria. Il fallait que je fasse quelque chose... Mais quoi ?

made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas

Noble

avatar
I see you
Messages : 146


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Sam 5 Oct - 0:07



La femme qui murmurait à l'oreille des dragons
Quelque part dans les environs de Cirth

On ne connait jamais parfaitement les gens qu'on pense connaitre.

Elladan & Lune
Mon étape à Cirth avait eu pour but premier d'acheter une nouvelle épée à la forgeronne de renom qu'est Eliana. Et d'ailleurs, ma nouvelle lame battait à mon coté, suivant le galop de ma monture, n'ayant pas encore eu l'occasion de tremper dans le sang de nos ennemis. Cela viendra, un temps à chaque chose, et une attaque d'orc est chose suffisamment courante pour qu'il ne me faille pas de temps pour baptiser cette épée, bien que les efforts combinés des seigneurs elfes de nos différentes cités aient largement endigué la menace orc sur notre territoire.
Cependant, j'en viens à la seconde raison de mon arrêt dans cette cité, soit l'hématome impressionnant demeurant à mon coté, malgré que, après des soins plus que sommaires, je parvienne à me déplacer sans aucune boiterie apparente. Raison qui me fait d'ailleurs à présent reprendre la route en direction de la cité d'Isildur, ma cité natale. Non pas que je sois de ceux à rentrer à la maison pour un bleu, mais je ne tiens pas à être trahi par mon corps en plein combat, c'est pourquoi je compte demander un peu d'aide à ma tante, la femme m'ayant élevé durant toutes ces années durant lesquelles mon père ne fut pas présent pour moi, et à mes yeux la meilleure guérisseuse qui soit sur les terres sur lesquelles j'ai chevauché. Il est inutile de préciser qu'avec ma veine, je croiserais mon charmant demi-frère et sa chienne de mère sur mon chemin, mais je n'en ai cure, et apprécierai même de baptiser mon épée du sang de l'un d'entre eux... quoique le Seigneur Aredhel risquerait tout de même de me demander de sérieuses explications, malgré que mon père sache pertinemment la nature des sentiments qui me lient à ma belle famille.

Malgré la nuit tombée, et la faible vision de ma monture au milieu des arbres et des feuilles qui nous entourent, notre galopade continue de plus belle, et surement sur un long moment encore. Un bruit de tonnerre au dessus de notre tête, comme le vol rapide d'un rapace au ras de mon oreille, me fait cependant stopper ma monture, jetant des coups d’œil inquiets aux alentours. J'ai beau être elfe - ou du moins pour moitié - dans la forêt des elfes, si je me fait surprendre par une embuscade d'orcs ou de gobelins, je serai aussi malin que dans les souterrains des nains! Cependant, aucun autre bruit ne vient alimenter mes craintes, et je remet donc ma monture au trot, comptant tout de même faire une halte pour la nuit comme le cheval ne fera de toute façon pas le trajet jusqu'à Isildur, à plus de quatre jours de cheval de ma position actuelle. Connaissant la forêt pour l'avoir parcourue en long en large et en travers au court des derniers siècles, je décide de quitter la voie que je suis jusqu'à présent - disons plutôt la direction que je sais la bonne, comme je n'aime guère employer ces routes trop fréquentées, leur préférant le calme des sentiers - pour rejoindre une clairière de ma connaissance, où je sais trouver sécurité, eau et nourriture pour mon cheval et moi.

Cependant, alors qu'il connait cet endroit tout comme moi, et n'a, de manière générale, jamais refusé d'avancer là où je lui demandais - et parfois, il aurait pourtant fallu qu'il fasse jouer sa prudence pour m'empêcher d'avancer -, je perçois de nombreux signes de nervosité émanant de l'étalon, qui finit même par trépigner sur place, refusant d'avancer davantage. Après quelques levades ayant pour seul but de me montrer clairement qu'il refuse d'avancer - car, s'il avait voulu me mettre à terre, je l'aurai su très vite - je finis par descendre de selle avant d'avancer jusqu'à la clairière proche seul, ne souhaitant pas forcer mon cheval à s'approcher, et ne comptant pas le tirer pas par pas jusqu'à là. Prudent, n'ignorant aucunement l'étrange comportement de l'animal, je garde la main posée sur le pommeau de mon épée. Tandis que j'avance dans l'herbe, entre les arbres, un grondement me fait prêter l'oreille en direction de la masse que j'aperçois de loin. Je ne me rappelais pas de ceci, et, à entendre un nouveau grondement, je ne peux que comprendre que ce que j'ai en face de moi est un être vivant, et pas des moindres. Cependant, je n'en avais jamais vu de tels, et je continue d'avancer, ma main serrant le pommeau de mon épée, prêt à la dégainer, quoique mon geste soit arrêté quand la créature lève la tête vers moi, me fixant de ses grands yeux reptiliens. Ce pourrait-il que? Nous sommes pourtant bien loin des territoires où les légendes prétendent que se dissimulent telles créatures...Pourtant, nombreux sont les points communs entre celle-ci et ce que j'en ai appris, de mes professeurs et de mes livres - le peu que j'en ai ouvert. Elladan, le manque de sommeil te fait halluciner, un dragon en pleine forêt, ça se saurait!

Tenant un minimum à ma vie lorsque je sais que la situation ne m'est certainement pas favorable, je retire ma main de mon arme avec prudence, ne quittant pas le dragon du regard. J'aurai cru ces créatures bien plus grandes que cela, cependant, un cracheur de feu n'a pas besoin d'être énorme pour être impressionnant, ou carboniser quelqu'un à distance. Un mouvement sur le coté me fait cependant tourner le regard une demi seconde, pour voir l'une de mes amies de longue date, Elenwë, l'une des représentantes de ma race me semblant la plus mystérieuse, comme son apparence juvénile jure avec le long passé sans age qui se voit dans son regard. L'lfe semble inquiète, ou plutôt stressée, mais cela ne semble pas tant de voir un dragon en ces lieux que de par ma présence. Qui m'explique?




fiche par Dark-elf



___________________________________________





Elladan Peredhel
And the story can begin

code by Dark-elf
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Sam 5 Oct - 0:41



Women are made to be loved, not understood.
Mon regard continuait d'aller de ma dragonne, qui avait barricadé son esprit, m'empêchant d'utiliser ma télépathie pour l'arrêter, à Elladan qui avait l'épée au clair. Comment dire, on était très mal barrés là. Nyméria avait pourtant déjà vu le visage du jeune elfe dans mes pensées, au cours des dernières années, mais elle se montrait très, très méfiante envers les autres créatures humanoïdes. Elle ne voulait pas finir embrochée comme tant des siens pour de l'or et des pierreries. Sur ce point, elle était extrèmement cynique, d'ailleurs. Oh, elle adorait la selle pleine de pierreries que j'avais fabriqué pour la monter, et je la voyais souvent poser son museau fin dedans, mais... Pour le moment elle n'avais pas l'intention de fabriquer son propre trésor dans une grotte. Trop des siens y avait perdu des écailles.
- Nymeria ! Suffit ! Elladan je...
Quoi dire ? Quoi faire ? J'étais perdue. Cette situation ne s'était jamais présentée jusqu'à présent.
En entendant son nom, la dragonne se tourna vers moi, toujours grondante, ramassée sur elle même comme si elle allait se précipiter sur Elladan pour le tuer. Sa tête fine se pencha sur le coté pour m'observer avec attention, avant de revenir vivement sur Elladan. En moins de temps qu'il en faut pour qu'un battement de coeur se passe, Elladan était allongé sur le sol, bousculé par la demoiselle qui se tenait au dessus de lui, grondante, ses crocs acérés à quelques centimètres du visage de mon ami.
- Nymeria ! Arrête ! Laisse le ! C'est un ami !
Le grondement s'apaisa et elle tourna la tête vers moi. Tel un vent léger, son esprit toucha le mien, et une image de nous deux en train de nous amuser alors qu'elle était encore qu'un bébé de quelques mois apparut dans mon esprit. Il y avait beaucoup d'interrogation dans cette image. Je compris ça comme une demande de sa part : Elladan et moi avions nous la même relation qu'elle et moi ?
- Non, non. Elladan est un ami. Il m'a beaucoup aidé ces derniers siècles. Il m'a sauvé la vie une ou deux fois, d'ailleurs.
Elle se recula, un pas après l'autre, le regard toujours fixé sur moi. Je m'avançais pour passer la main entre ses naseaux. Durant une seconde je posais ma tête contre ses écailles pour reprendre une contenance, et je me tournais vers Elladan.
- Elladan, je te présente Nyméria. Nyméria, c'est Elladan, alors sois gentille avec lui. Il ne se mange pas, et le torturer est totalement interdit.
Nyméria baissa la tête en me lançant un regard de chat potté, mais je secouais la mienne : inflexible. Elle poussa un profond soupir et s'éloigna pour aller s'allonger à la place qu'elle avait quitté il y a quelques minutes à peine, nous tournant résolument le dos. Elle boudait, mais elle s'y ferait. Moi, je me tournais vers Elladan et j'eu un sourire penaud.
- Mmh... Dis moi... Je suppose que je vais pas m'en tirer sans explications, n'est ce pas ?
L'odeur du lapin commençait à m'arriver aux narines, et je me tournais pour m'occuper de la nourriture, avant de tapoter le sol à mon coté pour inviter Elladan à s'installer à coté de moi.
- Elle ne devrait plus essayer de te manger, au moins pour ce soir.
Rassurante, moi ? Pas vraiment.

made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas

Noble

avatar
I see you
Messages : 146


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Lun 7 Oct - 16:20



La femme qui murmurait à l'oreille des dragons
Quelque part dans les environs de Cirth

On ne connait jamais parfaitement les gens qu'on pense connaitre.

Elladan & Lune
Il me semblerait bien que j'ai eu raison. L'elfe connait même le nom de ce dragon - dragonne, si j'en croit le nom employé, d'ailleurs - et c'est davantage ma présence en ces lieux que cette créature qui l'a ainsi interloquée. D'un coté, je comprends que secret si grand - si encombrant, me risquerais-je à dire - ai tout intérêt à rester connu du moins de personnes possibles, mais d'un autre... purée Elenwë, un dragon! Je savais que celle qui a le privilège de compter parmi mes rares amis - il se trouve qu'en passant plus de temps sur la selle de son cheval qu'ailleurs, les grandes amitiés ne se tissent pas vraiment, et que je n'arrive pas, dans la cité de mon père, à me débarrasser de ce rang qui est mien, forçant davantage les gens à me témoigner du respect que de l'amitié... faut-il imiter mon charmant demi-frère et se faire assez remarquer pour qu'aucun garde un peu haut placé n'hésite plus à lui expliquer comment ça marche dans les environs? Je n'ai guère envie de m'abaisser à suivre l'exemple de ce fils de chienne. - avait un jardin secret bien rempli, mais je ne m'attendait guère à cela tout de même.
Il n'est nul utilité de préciser que je ne fais guère le fier, et même que je regrette le troll de la dizaine passée. Là au moins, j'avais eu une chance de m'en tirer! Avant même que je songe à reculer d'un pas - quand à l'éventualité de rejoindre mon cheval, dont je comprend bien mieux l'étrange comportement, et mettre les voiles, je n'y songe même plus - la créature est sur moi, m’aplatissant d'au moins une demi tonne d'écailles et de muscles, ses crocs bien trop près de mon visage pour parvenir à seulement me rappeler comment respirer. Je crois même que mon cœur a préféré taire ses battements.
J'entends la voix de Elenwë sans être capable de discerner les paroles, trop occupé à éviter tout mouvement stupide devant me conduire à la décapitation, car je ne doute pas que ces crocs devant mes yeux doivent servir à autre chose que manger de l'herbe. Est-ce nécessaire d'avouer que j'ai peur? Je ne sais pas si les elfes sont capables de ressentir telle émotion, ou si cela me vient de la moitié humaine de mon héritage, mais à l'instant présent, je me bat avec moi-même pour rester le plus calme possible, ne pouvant cependant pas détacher mon regard de ce dentier mortel devant mes yeux. Commençant furieusement à trouver le temps long, je finis par appeler la seule à mon avis pouvant m'aider, d'une voix bien mal assurée, trahissant sans équivoque mes sentiments à l'égard de ma situation actuelle.
"Elenwë?"
La masse du dragon finit par s'éloigner de moi, et il ne fallut pas attendre que je demande mon reste pour me relever, mettant plusieurs pas à tenir parfaitement debout après toute cette émotion. Elenwë tente des "présentations", si on peut se présenter avec un dragon, mais je pense qu'il va me falloir deux minutes là.
Attends Elenwë, un dragon! Effectivement, j'crois qu'il va te falloir éclaircir deux trois points! A commencer par "torturer"? Vraiment? Et t'as oublié de préciser que je ne me carbonise pas non plus. Jamais croisé de ces bêtes la, mais j'sais que ca crache du feu un dragon."
Je ne dis pas non à m'installer près du feu, quoiqu'il faudrait que je me renseigne de la position de ma monture, ne comptant pas vraiment que l'animal se fasse traquer par je ne sais quel loup - ou pire - trainant dans ces bois. Mais pour le moment, j'ai besoin de m'asseoir, et surtout, ne pas lacher des yeux le reptile géant, bien qu'il nous tourne délibérément le dos, semblant dormir. Il m'étonnerait cependant que ses oreilles soient closes.

Ayant repris mon calme, et d'une voix plus sereine - bien que mon attention ne lache pas la créature une seconde -, je finis par reprendre.
"Pardonne-moi mon énervement. Je ne faisais pas vraiment le fier tout à l'heure. Comment t'en est arrivée à trouver telle créature? Même durant mes voyages dans les montagnes, où les légendes les situent, je n'en ai guère aperçu qu'un seul, de suffisamment loin pour dire que des yeux humains ne l'auraient absolument pas perçu..."





fiche par Dark-elf



___________________________________________





Elladan Peredhel
And the story can begin

code by Dark-elf
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Mer 9 Oct - 21:17


Women are made to be loved, not understood.
Mais dans quelle galère est ce que je m'étais encore mise, moi ? Comment est ce qu'on avait pu en arriver là ? Elladan n'aurait jamais du rencontrer Nymeria. Personne n'aurait du rencontrer Nymeria. Personne. C'était l'un de mes plus grands secrets, et je ne savais pas comment m'en sortir, pour le coup.
Attends Elenwë, un dragon! Effectivement, j'crois qu'il va te falloir éclaircir deux trois points! A commencer par "torturer"? Vraiment? Et t'as oublié de préciser que je ne me carbonise pas non plus. Jamais croisé de ces bêtes la, mais j'sais que ca crache du feu un dragon."
- Oui, oui tout ça aussi. Compris Nymeria ?
Soupir profond de l'autre coté de la clairière, et je me passais la main sur le visage. Elladan s'installa à coté de moi pendant que je retournais le lapin sur le feu. Les questions de mon ami me firent sourire.
- C'est ma fille. J'ai fait éclore son oeuf après l'avoir volée aux nains, il y a un peu plus de cinq cent ans.
Bonjour, Lune d'or, connue sous le nom d'Elenwë : poseuse de bombes professionnelle. Bon, maintenant que j'avais sorti ça, il allait falloir plus d'explications, parce que sinon, j'allais légèrement perdre Elladan dans les méandres de son propre esprit et des questions qu'il allait se poser.
- Il y a un peu plus de cinq cent ans, j'ai commencé à me sentir un peu seule. Je suis... Très âgée.
Euphémisme pour une grand mère de plus de dix millénaires.
- J'ai été voler un oeuf de dragon pour tenter de le faire éclore, et depuis, Nymeria est avec moi
Oh comme ça avait l'air simple, pour un périple qui avait duré dix ans et avait faillis me tuer...

made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas

Noble

avatar
I see you
Messages : 146


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Mer 16 Oct - 23:10



La femme qui murmurait à l'oreille des dragons
Quelque part dans les environs de Cirth

On ne connait jamais parfaitement les gens qu'on pense connaitre.

Elladan & Lune
Dire que je suis tranquillisé de savoir que, pour ce soir, le dragon ne devrait pas me dévorer, me torturer ou me flamber? Impossible, et ce n'est certainement pas la présence de Elenwë à mes cotés qui m'y aidera, malgré que je n'ai aucun grief à l'encontre de cette elfe plusieurs fois centenaire.
C'est cependant avec attention, réprimant mon envie de lui couper la parole lorsqu'elle me répond que cette créature est "sa fille" - mouais, la ressemblance n'est pas vraiment frappante - que j'écoute les explications de mon amie de longue date, ne tiquant qu'à peine lorsqu'elle évoque le fait que la créature ai déjà 500ans. J'ai toujours plus ou moins deviné que Elenwë était bien plus âgée que moi - je côtoie les elfes depuis toujours, et ai appris, en 400années, à savoir à qui me permettre de manquer de respect -, cela se voit dans ce regard ayant l'air d'avoir tant vécu, jurant avec l'impression de trop grande jeunesse qu'elle renvoie, même si l'idée qu'elle ai vécu suffisamment longtemps pour qu'elle se soit sentie suffisamment seule, à cinq siècles du moment actuel, pour se trouver un dragon, me fait me poser la question de son age réel. Plus âgée que mon père, qui tend pourtant à s'approcher doucement de son millénaire, cela est certain.
"C'est plutôt..inhabituel, comme compagnon de route. Un cheval, ou un elfe, même un humain à la limite - leur espérance de vie réduite mise de coté - ca ne pouvait pas faire l'affaire?"
Parler de l'espérance de vie limitée des êtres humains me fait douter un instant, me rapprochant de ma propre futilité. Comme le montrent mes yeux fatigués, ou la barbe de deux jours que j'affectionne désormais à conserver, une moitié de mon héritage est humaine, et à plus de 400années de vie se pose la question durement réaliste du temps qu'il me reste à passer sur cette terre. Aurais-je la vie de mes ancêtres paternels, ou ne devrais-je compter que sur une demi-vie, voire moins?
Reportant mon attention sur Lune, qui me regardait toujours - avait-elle parlé sans que je ne l'entende? - je lui accorde un sourire avant de me relever prestement, jetant malgré moi un regard vers la masse d'écailles ronchonnante de l'autre coté de la clairière.
"Si tu me le permet, je vais aller chercher ma monture. Je ne parviendrais pas à t'accorder toute l'attention que tu mérites si la moitié de cette attention reste bloquée sur le fait de savoir mon cheval en mauvaise posture."
Je m'éloigne rapidement, rejoignant l'étalon occupé à dépouiller de son écorce un arbre plusieurs fois centenaire, n'ayant plus des lors qu'à me battre avec lui pour le convaincre de me suivre, malgré que l'aura de la dragonne lui fasse l'effet d'un répulsif comme c'est le pas mal assuré et tirant tant qu'il le pouvait sur ses rênes qu'il finit par me suivre, regrettant de ne pas posséder ce talent unique à certains elfes de parler à leur monture.
"Non, je ne comptais pas m'en aller, pas sans entendre la fin de tes paroles, mais mon compagnon semble peu enclin à terminer en grillades. Tu saurais lui en toucher deux mots? Va savoir si c'est question d'humanité ou juste que je n'y ai pas eu droit à la naissance, je suis parfaitement incapable de communiquer avec lui..."




fiche par Dark-elf



___________________________________________





Elladan Peredhel
And the story can begin

code by Dark-elf
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Mer 23 Oct - 20:39


Women are made to be loved, not understood.
Un sourire amusé naquit sur mes lèvres à la remarque d'Elladan. Lui comme moi savions à quel point perdre un animal de compagnie était dur. Quand cela faisait plusieurs milliers d'années que ça durait, ça devenait invivable. Ma dragonne avait mon espérance de vie, car j'avais depuis longtemps perdu l'espoir de mourir de mort naturelle. La souffrance que m'avait apportée la mort de mes compagnons de chemin, chiens, chats, chevaux et autres poneys n'avait toujours pas été estompée. Aujourd'hui, j'étais heureuse de partager ma vie avec Nymeria. Je ne pouvais imaginer de meilleure compagne. Peut être un jour trouverais-je un autre immortel pour partager mes jours ?
Je n'eus pas le temps de partager mes pensées avec Elladan, qui allait bientôt peut être être le seul au courant de ma véritable nature, en dehors des rois et reines elfes au travers de cette terre fertile, si différente désormais de l'endroit où j'avais vu le jour. Quelque part, au fin fond de cette forêt se trouvait ma maison, une grande demeure habitée aujourd'hui par mes serviteurs, qui se chargeaient de la tenir en ordre pendant mes voyages qui pouvaient parfois durer jusqu'à une dizaine d'année.
Elladan revint alors que j'étais en train de calculer depuis combien de temps je n'y avais pas mis les pieds. Peut être serait-il temps d'aller dire bonjour ?
- Je n'ai pas ce don. Enfin, ce n'est pas un don, si ?
Pour moi, il s'agissait simplement d'un doigté, de quelque chose qu'on développait au fil du temps, quand on était en compagnie d'animaux. D'un autre coté, je n'avais jamais réellement étudié mes dons. Ho, bien sûr j'avais fait un tour à l'académie de magie, mais la puissance de ma magie avait fait peur aux maîtres qui m'avaient simplement donné à lire livre sur livre, tout en priant pour que je choisisse de brider mes dons. J'avais finalement appris les sortilèges qui m'intéressaient, puis j'avais repris le chemin de l'aventure.
Néanmoins, je me levais pour aller tenter de calmer le cheval. Je posais ma main sur les naseau de la bestiole et l'attachais à un buisson.
- Là, là. Mange ça et oublie Nyny. Elle sera sage.
Pour une fois. Peut être. Je tournais ensuite mon attention vers mon lapin, dont la bonne odeur emplissait la clairière, désormais. Je le retirais du feu et le posais sur une pierre avant d'en mettre un second à griller, pour Nyméria. Elle aimait la cuisson humaine aux herbes, après tout. Un sourire sur les lèvres, j'entrepris de découper une patte de celui qui était prêt et je la tendis à Elladan.
- Et, arrête donc de tout renvoyer à ton humanité. Tous les elfes sont en partie humains. Tu n'es ni le premier, ni le dernier à avoir une ascendance humaine. Les premiers d'entre vous avaient un parent humain.
Un homme bon, au sourire sincère et aux yeux noirs pénétrants... Cette image me troubla une seconde, et je serrais les doigts sur mon couteau, alors que la traditionnelle douleur dans ma poitrine me transperçait. Je me remis à couper mon lapin, récupérant un râble à grignoter pour ma petite personne.
- J'ai volé Nyméria aux Nains. Il y a ... six cent ans, à peu près, les dragons se servaient encore de leurs montagnes comme de lieu de résidence, et d'eux comme Gardiens. J'avais besoin de quelqu'un pour m'accompagner durant les prochains millénaires.
J'avais distillé sans réellement le vouloir deux informations importantes sur ma personne : je n'étais pas une elfe, pas totalement. Et, j'étais bien plus vieille que le plus vieux membre de cette race.

made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas

Noble

avatar
I see you
Messages : 146


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Mar 12 Nov - 2:38



La femme qui murmurait à l'oreille des dragons
Quelque part dans les environs de Cirth

On ne connait jamais parfaitement les gens qu'on pense connaitre.

Elladan & Lune
Je confie ma monture aux soins de Elenwë, espérant qu'elle puisse faire mieux que moi montre de tranquilisation devant le cheval terrifié, tirant sur son mors au moins autant qu'il fait rouler ses yeux dans ses orbites. J'avoue abandonner le cheval tandis que je vais m'installer près du feu, mais ce soir, j'en ai assez de me battre.
L'elfe revenant vers moi après avoir attaché l'étalon, semblant calmé, je l'observe retirer le lapin du feu avant d'y mettre un second, et je la regarde d'un air curieux - ne comptant pas que nous mangions un lapin chacun tout de même - avant de songer à la montagne d'écailles. J'aurai plutôt penser qu'elle ne saurait se contenter de moins qu'un cheval pour son repas, mais si elle se contente d'un lapin, et bien, je dirai que cela m'arrange à vrai dire.
Je sors une dague de ma botte pour m'emparer du morceau de lapin qu'elle me tend avant d'y croquer à pleines dents, comme je n'ai rien mangé de mieux que le pain et la viande séchée que j'ai dans la sacoche de ma selle depuis plusieurs jours. Non pas que j'ai été véritablement attendu, et en cela, j'aurai eu le temps de chasser, seulement, l'idée ne m'a pas effleuré l'esprit, comme je me contentais très bien de ce que j'avais. Cependant, je ne saurai refuser le luxe d'une viande cuisinée, surtout quand je sais que la cuisinière sait cuisiner le lapin comme il se doit.
"Et, arrête donc de tout renvoyer à ton humanité. Tous les elfes sont en partie humains. Tu n'es ni le premier, ni le dernier à avoir une ascendance humaine. Les premiers d'entre vous avaient un parent humain".
Je m'apprête à répliquer, arguant que non, ma moitié humaine ne me donne pas tous les dons de mes ancêtres elfiques, et qu'en contrepartie, j'ai découvert bien plus de qualités à saisir chez la race humaine que ce qu'en disent les miens, lorsque ses paroles me font hésiter un instant. Comment peut-elle être sure de ses dires? Aucun des nôtres ayant connu la naissance de notre race n'est encore en vie aujourd'hui, cela est impossible! Il n'y a qu'à voir la taille de l'arbre généalogique qu'on a tenté de me faire rentrer dans la tête quand j'étais en age d'apprendre quelque chose! Cependant, son expression détachée me fait me poser une question, en additionnant l'ensemble des indices qu'elle me laisse à présent. Cette elfe est-elle réellement une elfe?
"Si je peux me permettre. Tu parles étrangement aujourd'hui. Je lis entre les lignes sans désirer entendre ce qui ne me concerne en rien, et tu parle des elfes comme nous parlons des hommes, comme ci tu étais extérieure à notre race."
Et elle a vu des dragons! Et pas seulement sur les gravures ou dans les livres des bibliothèques, ou leurs cranes conservés dans la plupart des cités naines que j'ai traversé. De vrais dragons, en chair et en os, volant dans le ciel comme autant de brasiers mouvants.
"Raconte moi, les dragons. Je veux dire, et sans vouloir insulter Nyméria, les vrais dragons de l'époque, ces terreurs du ciel. Les nains racontent que certains étaient aussi hauts que le palais d'Isildur, et plus encore, mais je suppose qu'on doit tout voir en grand quand on ne dépasse pas le 1m50, non?"




fiche par Dark-elf



___________________________________________





Elladan Peredhel
And the story can begin

code by Dark-elf
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Lun 18 Nov - 17:51


Women are made to be loved, not understood.
Après avoir calmé le cheval d'Elladan, je revins m'installer auprès du feu, un sourire triste aux lèvres. Le début de conversation qui suivit me vit en dire beaucoup plus que ce que j'aurais du. Elladan venait de découvrir ma bestiole d'amour, et même si je le connaissais depuis des centaines d'années, je n'étais pas tout à fait certaine d'être en face de quelqu'un qui saurait garder mon secret. Il avait un petit coté enfantin parfois, qui me tirait des sourires et me faisait oublier mon grand âge. Mais, d'un autre coté, il pouvait faire montre d'un sérieux et d'une maturité à toute épreuve quand il le voulait. Enfin, encore fallait-il qu'il arrête de déprimer sur des choses totalement idiotes pour ça.
"Si je peux me permettre. Tu parles étrangement aujourd'hui. Je lis entre les lignes sans désirer entendre ce qui ne me concerne en rien, et tu parle des elfes comme nous parlons des hommes, comme ci tu étais extérieure à notre race."
Les paroles d'Elladan me glacent le coeur, et je sais que même si j'esquive la réponse, elle finira par revenir sur le tapis. Néanmoins, je n'ai pas le coeur à répondre, et je prends une bouchée, réalisant pour la première fois combien je suis devenue différente de ceux que je considère encore aujourd'hui comme mes enfants. Elladan vient de mettre le nez dans quelque chose que je ne m'étais jamais avouée : je ne suis pas une elfe. Je suis autre chose, et rien que mon immortalité le prouve. Je fermais une seconde les yeux pour accepter cette nouvelle, et les rouvrit quand Elladan enchaîna sur la suite :
"Raconte moi, les dragons. Je veux dire, et sans vouloir insulter Nyméria, les vrais dragons de l'époque, ces terreurs du ciel. Les nains racontent que certains étaient aussi hauts que le palais d'Isildur, et plus encore, mais je suppose qu'on doit tout voir en grand quand on ne dépasse pas le 1m50, non?"
- Les dragons les plus anciens sont immenses. On en a croisé un, un jour. Mais, les dragons aussi âgés sont rares. La plupart font deux à trois fois la taille d'une maison humaine en hauteur.
Comment décrire à Elladan la majesté d'un dragon en vol ? La puissance de ces ailes ? Il leur fallait des milliers d'années pour devenir ces créatures merveilleuses et dangereuses.A coté, Nymeria était encore une enfant. Je sortis son lapin du feu et le lui jetais. Sa gueule se souleva pour happer l'animal avec des bruits de mastication qui ne cachaient en rien la puissance de ses mâchoires.
- Nymeria n'a que cinq cent ans. Il va lui en falloir au moins autant pour arriver à sa taille adulte. Mais, elle est déjà bien capable de me défendre et je peux voler sur son dos pendant quelques heures.

made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas

Noble

avatar
I see you
Messages : 146


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Ven 29 Nov - 0:40



La femme qui murmurait à l'oreille des dragons
Quelque part dans les environs de Cirth

On ne connait jamais parfaitement les gens qu'on pense connaitre.

Elladan & Lune
Un elfe logique aurait certainement davantage tiqué sur le fait que Elenwë parle des elfes comme une étrangère, une étrangère de plusieurs millénaires peut-être que sur les dragons. Cependant, je suis depuis longtemps fasciné par ces créatures, principalement à cause du fait que, dans toutes mes pérégrinations, je n'ai eu le loisir que d'en apercevoir un seul, et encore, de loin. Les récits des nains à ce sujet sont fort intéressants, cependant, les nains ne font pas de bons conteurs, et les écouter plusieurs heures durant tourne vite au supplice, mes oreilles n'appréciant guère leur accent rocailleux, si éloigné de la voix harmonieuse des elfes.
Sur ce point, les bardes humains sont plus agréables à écouter, mais leurs récits sont bien moins bien construits que ceux des nains, leur peuple ne vivant pas assez longtemps pour que leur mémoire se souvienne du temps où les dragons traversaient le ciel en maîtres. Quand aux elfes, si quelques uns parlent volontiers de ces créatures, la plupart aiment autant à en parler qu'à parler des gobelins, des orcs, ou même des drows, ces sombres cousins de notre race.
"Tu sais combien je me sens enfant que tu parle de "seulement 500ans" quand je réalise que je n'atteint pas cet âge moi-même? Je suppose que la longévité n'est pas un problème pour un dragon, si tu dit qu'il leur faut plus d'une vie d'elfe pour atteindre l'âge adulte... et toi, ça te fait quel âge? deux millénaires, trois peut-être? Et oui, pardon, je sais que ce n'est pas une question à poser à une femme, sans vouloir te vexer, mais tu connais ma curiosité..."




fiche par Dark-elf



___________________________________________





Elladan Peredhel
And the story can begin

code by Dark-elf
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Mar 3 Déc - 20:16


Women are made to be loved, not understood.
Oui, Elladan n'avait pas tort du tout, pour le coup. Je donnais trop d'informations sur moi, sur ce que j'étais. Il y avait si peu de gens en ce monde qui connaissaient ma réelle identité... Peut être qu'au fond, ça me manquait simplement d'être moi ? La véritable moi, celle qui avait grandit et qui avait appris à vivre par elle même avant de commencer à se cacher aux autres, par peur d'être détruite. Le temps m'avait prouvé que je ne pouvais pas mourir, mais ça ne voulait pas dire que je n'étais pas capable de ressentir la souffrance.
Cachées par mes vêtements, il y avait de très nombreuses cicatrices, souvenirs de l'incompréhension des hommes, de leur besoin de me soutirer des informations que je n'avais pas, ou que je ne voulais pas leur donner. Depuis lors, je m'étais assurée de donner l'apparence d'une jeune femme insignifiante, incapable de connaitre le moindre secret, incapable de la moindre duplicité. Ca m'avait de nombreuses fois évité les ennuis. Mais, d'un autre coté, je n'étais pas tout à fait certaine
- Tu as raison, ce n'est pas une question à poser à une dame, jeune homme.
J'aurais aimé accorder la vie éternelle à celui là. Celui là entre tous avait su toucher mon coeur éternel, tel un enfant que j'avais envie et besoin de protéger. Alors, peut être était-ce le moment de l'ouvrir, ce fameux coeur ?
- Je suis plus âgée que tout ton arbre généalogique. Je ne me rappelle rien des premières années de ma vie, juste qu'on ne comptait pas en cette époque. Le temps a continué de passer sur moi sans que je ne le compte. J'ai vu toute cette civilisation se créer, toutes les guerres, toutes les saisons passer les unes après les autres.
Je levais le regard vers Nymeria. Elle était l'enfant qui m'accompagnerait toute ma vie. Celle qui ne m'abandonnerait pas, celle qui ne mourrait pas. La longévité des dragons est telle que je ne sais s'ils peuvent mourir de mort naturelle.
- Nymeria est la compagne que j'ai choisi pour m'accompagner dans mon éternité, parce que je ne supportais plus de voir mes amis mourir les uns après les autres.


made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas

Noble

avatar
I see you
Messages : 146


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Sam 7 Déc - 11:30



La femme qui murmurait à l'oreille des dragons
Quelque part dans les environs de Cirth

On ne connait jamais parfaitement les gens qu'on pense connaitre.

Elladan & Lune
Je souris à sa réflexion faussement offusquée avant de reprendre plus de sérieux pour écouter la suite de ses paroles, osant me demander comment cela est-il possible d'être encore de ce monde, de n'avoir pas voulu abandonner une bonne fois pour toutes, après avoir vécu ce qu'elle a vécu? Moi même, du haut de mes quatre siècles, malgré l'amour privilégié que je réserve à la chasse à l'orc, n'étant heureux qu'un arc à la main, sur la selle de mon cheval - n'en déplaise à mon père qui préfèrerai me voir plus souvent dans sa cité afin de s'épargner du mauvais sang -, je pense que je ne pourrait vivre plusieurs millénaires de la sorte. Et oui, l'arbre généalogique de ma famille est assez long, pour ce que je m'en rappelle, pour parler de "plusieurs millénaires" si Elenwë se dit effectivement être plus âgée que le plus âgé de mes ancêtres. Comment cela peut-il même être possible?
"Je comprends. La vie d'un elfe doit te paraitre aussi courte que nous le parait celle des hommes."
Je regarde un instant la dragonne dormir dans son coin, n'ayant toujours pas daigné tourner la tête vers nous.
"Vous êtes du même bois, elle et toi. Il ne me faut pas une demi-heure à la regarder pour voir qu'elle semble aussi têtue que tu peux parfois l'être."
Je repars à mon repas un moment, songeur, avant de reprendre la parole de nouveau, songeant que je n'ai jamais du être si bavard depuis un long moment. Un orc c'est peu bavard, surtout quand l'une de mes flèches ressort de sa gorge, faut bien que je me défoule sur qui m'offre un sujet de conversation intéressant.
"Comment tu fais? Pour que personne ne la voie? Je veux dire, c'est pas un lapin que tu essaye de dissimuler, et vu le climat actuel, certains seraient prêts à beaucoup de choses pour compter un dragon dans leurs alliés. Non pas que ça m'intéresse, au contraire, les guerres des puissants restent aux puissants, mais je sais aussi bien que le gouvernement des humains est pourri jusqu’à la moelle que Hralien serait capable d'une grande persuasion à l'égard de Isiltir si elle revenait aux oreilles de la cour elfique. Quand aux drows, on sait tous à quoi s'en tenir avec ce peuple."
La seule pièce manquante à mon tableau est le peuple nain. Mais nul doute qu'ils emploieraient de gros moyens pour remettre la main sur "ce qui leur appartient de droit" comme ils savent déjà faire une montagne d'un elfe traversant leurs territoires...




fiche par Dark-elf



___________________________________________





Elladan Peredhel
And the story can begin

code by Dark-elf
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Lun 9 Déc - 23:49


Women are made to be loved, not understood.
Comme pour répondre aux pensées d'Elladan, mon esprit se mit à dériver un instant sur mon grand âge et sur le nombre de fois où j'avais pensé à laisser tomber, à arrêter de vivre, tout simplement. Mais, même sans me nourrir pendant plusieurs semaines, il me semble totalement impossible que la vie abandonne son travail et cesse de couler dans mes veines. Que suis-je donc ? Cette question récurrente semble ne jamais devoir trouver sa réponse.
- Oui, vous êtes des êtres éphémères et il m'est difficile, parfois, de vous voir passer.
La nostalgie m'envahit un peu plus. Dans si peu de temps à mes yeux, je pleurerai la mort d'Elladan, autant que j'ai pleuré celle des trop rares elfes à qui je me suis réellement attachée durant toutes ces années. Voilà pourquoi j'ai endurci mon coeur et mis une barrière entre moi et les autres, voilà pourquoi j'essaie de toujours rester seule. Voilà pourquoi ma dragonne est la seule à qui j'ai totalement ouvert mon coeur depuis... Depuis mon mari, et ce moment où j'ai compris que je resterai alors que les autres partiront.
- Je tue systématiquement toute personne qui croise mon chemin lorsque je suis avec Nymeria. Toute personne qui ne fait ne serait-ce que nous apercevoir ensemble perd la vie, que ce soit du bout de mon épée, par la magie qui coule dans mes veines ou par les crocs de ma fille. Et, depuis qu'elle est capable de cracher du feu, aucun n'a survécu. Enfin, nous ne nous accordons que rarement des pauses comme celles d'aujourd'hui, en dehors des protections magiques de mon domaine. Là bas, on est protégée. Seuls ceux qui portent ma marque peuvent passer.
Pourtant, malgré tout ce que je disais, j'avais retenu Nymeria lorsqu'elle avait sauté sur Elladan. Sans l'image qu'elle avait puisé dans ce lien télépathique qui nous unissait, je pense que je serais en train de cacher le cadavre de mon ami à cette heure ci, car pas question de le laisser dévorer par ce ventre à pattes.
Avant aujourd'hui, personne, même mes anciens amis, n'avait vu cet énorme secret que je portais sur mes épaules. Quelque chose dans ce demi elfe m'avait arrêté, et pour la première fois je pouvais mettre un nom sur ce qu'il me faisait ressentir. Elladan ressemblait à mon plus jeune fils. Je le retrouvais dans certaines postures, dans des mimiques, peut être aussi dans ce coté aventureux, incapable de s'arrêter. Si j'avais pu l'emmener avec moi dans mes voyages, lui montrer tout ce que j'avais vu, partout dans ce monde... Mais je ne pouvais pas.
Tout comme je ne pouvais pas revenir sur ma décision de l'épargner.
- Nyméria reste surtout dans mon sanctuaire. Elle y a tout ce qui lui faut pour grandir en sécurité. Mais, quelques fois, elle a besoin de ma présence.
Et moi de la sienne. Mais c'était une autre histoire.


made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas

Noble

avatar
I see you
Messages : 146


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Mar 17 Déc - 15:46



La femme qui murmurait à l'oreille des dragons
Quelque part dans les environs de Cirth

On ne connait jamais parfaitement les gens qu'on pense connaitre.

Elladan & Lune
J'incline la tête en réponse tandis que je découvre une autre facette de Elenwë, plus dure que je ne l'avais pensé, car, même si je connais depuis longtemps son talent pour mettre en pièces orcs, gobelins et autres créatures, je ne la pensais pas capable de si peu de pitié face à autrui, bien que je puisse comprendre que protéger un tel secret demande quelques sacrifices. Cependant, malgré le regard plein re respect pour tout ce qu'elle a du endurer dans son existence que je lui renvoie, je ne peux empêcher les cheveux de se hérisser sur ma nuque comme je songe que je ne suis vraiment pas passé loin de finir en gouter pour dragon, chose qui ne m'aurait bien entendu absolument pas arrangé. J'aime le danger, cela est certain, sinon je ne me jetterais pas avec tant de facilité dans l'antre d'un troll ou au milieu d'un groupe d'orcs, cependant, j'aime aussi y voir un échappatoire, une option, quelque chose ne me donnant pas l'impression de vouloir purement et simplement me suicider. Et quand les seuls échappatoires se trouvent être les crocs d'un dragon, cela a tendance à ne pas me convenir.
"Ton domaine? Dans quelle partie de ces terres se situe-t-il? Je suis à peu près certain d'avoir tout exploré, des montagnes des Nains au littoral du Nord enneigé, et des forêts des elfes à celles des hommes. Seuls les territoires drows et l'océan me sont inconnus."
Je reporte mon attention sur la dragonne, dormant toujours d'un sommeil que j'aimerai bien rencontrer parfois, quoique je suis certain qu'elle nous observe du coin de l’œil, terminant mon morceau de lapin d'un air distrait.
"Et, toi mise à part, elle supporte quelqu'un d'autre ou je vais avoir droit à manquer finir en civet à chaque fois que je te croise avec elle?"




fiche par Dark-elf



___________________________________________





Elladan Peredhel
And the story can begin

code by Dark-elf
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Mer 18 Déc - 23:31


Women are made to be loved, not understood.
- Oui, mon domaine. Il est caché, et même si tu pense avoir fait tout le tour de cette forêt, tu as du passer devant des centaines de fois sans même le voir. Je l'ai protégé avec des sortilèges très puissants, qui ont été renforcés par Nyméria. C'est aussi pour ça qu'on ne peut pas mettre la main sur les antres des Dragons et leurs trésors.
Je jetais l'os de mon lapin en l'air et sentis un mouvement sec dans mon dos. Nyméria l'attrapa et le goba d'un coup. Son lapin était presque prêt, et elle m'envoya dans la tête une image de chair rotie et juteuse, signe qu'elle appréciait l'odeur et avait certainement envie que je lui donne son du rapidement. Elle se rallongea, la tête posée juste devant le feu, ses gros yeux noirs fixés sur la broche.
- Je ne sais pas. C'est à elle qu'il faut le demander.
Comprenant que nous parlions d'elle, la demoiselle daigna tourner sa tête vers moi. Elle piocha dans mon esprit le contenu de la conversation avant de gronder un coup, puis de tendre son cou vers Elladan, par dessus le feu. Je sentis mon coeur se serrer une nouvelle fois, comme à chaque fois qu'elle semblait oublier que le feu, ça brûlait. Mais, ça ne brûlait pas pour elle, puisqu'elle avait des écailles particulièrement épaisses et insensibles à la chaleur. Mais, j'étais toujours plus ou moins traumatisée par ce qu'il s'était passé le jour de la naissance de cette boule d'écailles, lorsque mon sortilège de feu avait pris tellement d'ampleur qu'il avait drainé toute mon énergie et qu'il avait enflammé ma maison entière. Depuis, j'avais du mal à les utiliser, ces sorts de feu. Et, lorsque je le devais, je les limitais le plus possible, par simple peur.
Nyméria sembla flairer Elladan durant quelques secondes, avant de s'allonger à nouveau, la tête entre les pattes.
- Visiblement, elle t'aime bien. Elle t'aurait déjà mangé, sinon.
Je pris une inspiration et levais la main vers l'est.
- Je vais rentrer chez moi. Tu veux m'accompagner?
Pourquoi ? Pourquoi est ce que je me trouvais ainsi à partager tous mes secrets avec cet enfant ?

made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas

Noble

avatar
I see you
Messages : 146


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Dim 26 Jan - 16:22



La femme qui murmurait à l'oreille des dragons
Quelque part dans les environs de Cirth

On ne connait jamais parfaitement les gens qu'on pense connaitre.

Elladan & Lune
J'avoue n'avoir jamais trouvé la magie intéressante. Bien sur, comme tous les gosses, j'ai un jour été fasciné par quelque sorcier utilisant ses tours dans les rues de ma cité, mais seule la curiosité enfantine a su se développer pour cette chose étrange qu'est la magie. Aucun intérêt autre, aucun désir de l'apprendre un jour, et je dirai même que cela m'a toujours énervé de ne pas être capable de comprendre comment ils pouvaient bien faire. Puis, je n'en aurait pas eu la patience, et, de manière générale, je trouve qu'on ne peut pas faire confiance en la magie au combat. Il se passe quoi si elle nous lâche? On se bat avec les cailloux? Non, rien ne vaut une épée ou un arc, et je place toute ma confiance dans mes armes.
Cependant, les armes quelles qu'elles soient se révèle effectivement inutiles face aux sortilèges tels que l'illusion qu'il n'y a rien là où tout se cache, et je n'ai aucune difficulté à accepter l'explication de Elenwë vis à vis de la discrétion de ses terres. En effet, je ne trouve aucun intéressement, et peut-être même une sorte de crainte, envers la magie, mais je ne dénigre pas sa puissance.
La dragonne se rapproche de nous après avoir gobé l'os de lapin de l'elfe, mais, ayant à mon tour terminé ma viande, je me garderai de lui tendre le mien, ne tenant pas à y laisser la main, pas plus que je ne lui lancerais, ne tenant pas plus à lui manquer de respect. A ceux qui me répondront que les dragons ne sont que des bêtes comme les autres, je répond qu'il y a un four crématoire et des couteaux de boucher en guise de gueule, ce qui est largement suffisant pour m'inspirer quelque respect à son égard.
D'ailleurs, j'appelle clairement une mauvaise idée la suggestion de l'elfe de laisser Nyméria juger de ma personne, surtout quand je vois sa grosse tête passer au dessus du feu pour s'approcher de moi. Combien je suis content lorsqu'elle repose sa tête sur ses grosses pattes griffues, je ne peux le dire. Je me contente de jeter un coup d’œil à Elenwë, pas certain d'être soulagé de ses paroles.
"Rassure moi, dans l'optique où elle aurait tenu à tester le rôti d'Elladan grillé, on se connait depuis assez longtemps pour que tu essaye de l'arrêter quand même?"
Quand à l'accompagner, pourquoi pas. J'irai à peu près partout avec elle, pour le simple plaisir de sa compagnie, plus intéressante que celle de nombreux elfes, et ce malgré le fait que la compagnie des hommes m'est en générale plus confortable que celle des elfes.
"Où veux-tu que j'aille d'autre? Ok, mis à part au fond d'une caverne de gobelins..."



fiche par Dark-elf



___________________________________________





Elladan Peredhel
And the story can begin

code by Dark-elf
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Ven 31 Jan - 15:00


Women are made to be loved, not understood.

La question d'Elladan me laisse pantoise quelques secondes, comme je n'ai absolument pas la réponse. Je ne sais pas, et je porte mon regard sur le feu qui brûle entre nous pour me laisser le temps d'y réfléchir. J'aime Elladan comme un fils, et même si je fais bien plus jeune que lui, avec mon apparence de jeune fille de vingt ans à peine, même si j'ai la mâturité de la mère de cette race qu'est les elfes, je suis perdue. C'est un sentiment que je ne connais plus depuis tellement longtemps que j'en ai oublié le sentiment. Je ne sais pas ce que j'aurais fait si jamais Nyméria avait décidé de dévorer Elladan, et c'est une chose que je ne sais pas exprimer à haute voix.
Alors, je préfère me taire pour le moment, me plonger dans un silence méditatif pour essayer de comprendre ce qu'il m'arrive. J'hésite. Pour la première fois en quelques milliers d'années, j'hésite. Et, il est impossible pour moi d'hésiter, impossible de commencer à avoir des doutes, pour la simple et bonne raison que ce que je suis ici pour guider mon peuple, mes enfants. Pas pour faire des sentiments, ni pour m'attacher à ces êtres à la vie éphémère. J'ai endurci mon cœur il y a si longtemps que j'en ai oublié quand j'ai commencé. Les voir passer, avec leur vie si courte, m'y attacher, comme ça, c'était une erreur. Ca devait faire presque dix mille ans que ça ne m'était pas arrivé. Et pourtant. Pourtant aujourd'hui, j'avais cette impression que quelqu'un frappait autour de la pierre de mon cœur, et tentait d'y entrer de force. Elladan était en train de devenir ma faiblesse la plus visible, et ça le mettait en danger. J'avais de nombreux ennemis, et je n'étais pas prête à le voir utilisé contre moi.
- Je ne sais pas si je l'aurais arrêtée.
Je soupirais, les mains crispées sur mes genoux.
- Je n'ai pas l'habitude de m'attacher à des gens… Votre vie à tous est trop éphémère par rapport à la mienne, je ne sais pas si… Je ne sais pas. Je n'ai pas l'habitude de…
Voilà que je bafouille maintenant. Il est temps de partir, et c'est pour ça que je propose à Elladan de m'accompagner jusque chez moi. Je n'ai qu'une heure de trajet jusque chez moi, à vol de dragon. Peut être deux à cheval. Mon regard se poste sur Elladan, assurée que je suis qu'il n'acceptera pas de monter sur le dos de Nymeria. Néanmoins, je dois proposer, si je veux avoir la réponse. Et, maintenant que la demoiselle semble avoir accepté la présence d'Elladan...
- Tu préfère monter à cheval ou à dragon ?

made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas

Noble

avatar
I see you
Messages : 146


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Mar 6 Mai - 12:21



La femme qui murmurait à l'oreille des dragons
Quelque part dans les environs de Cirth

On ne connait jamais parfaitement les gens qu'on pense connaitre.

Elladan & Lune
Oui, le silence qui suit ma question m'inquiète très légèrement, et la réponse qui vient finalement à suivre ne me surprend qu'à moitié. Je lui jettes un regard en coin, indécis sur la réaction que je devrais avoir comme je suis partagé entre la compréhension suite à son explication et l'exaspération, moi qui pensait que l'amitié sincère que j'éprouve pour elle était réciproque. En fait si, si j'en crois ce que je lit derrière ses lignes, elle l'est, elle est juste incapable de faire avec quand la situation sort de l'ordinaire.
"Attends, monter à dos de dragon? T'es pas sérieuse? J'suis pas certain que ce soit une bonne idée tu sais... Ca fait pas une heure qu'on s'est croisés, j'ai pas vraiment envie qu'elle me fasse dégringoler pendant le vol moi..."
Non d'ordinaire je ne suis pas un pleutre, je laisse cela à Iselin, mais on ne cause pas d'un lézard là, mais d'un dragon. Un véritable dragon, de muscles et d'écailles, sans oublier le brasier interne ou encore les griffes et les crocs. Excusez-moi de me montrer plus que prudent avec cette créature, mais malgré les apparences, je tiens un minimum à ma vie.
"Mon cheval m'ira très bien. De plus, je ne peux pas le laisser tout seul ici. Qui sait ce qu'il pourrait rencontrer."



fiche par Dark-elf



___________________________________________





Elladan Peredhel
And the story can begin

code by Dark-elf
Revenir en haut Aller en bas

Invité

I see you
Invité



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan] Jeu 8 Mai - 19:12


Women are made to be loved, not understood.


Il est nouveau pour moi de penser à quelqu’un d’autre que Nyméria et moi, tout comme la proposition que je fais au jeune homme est elle aussi assez surprenante. Jusque-là, seul mes serviteurs ont eu l’occasion de voir ma demeure. Je n’y ai jamais eu d’invités, et je n’avais pas l’intention de finir par en avoir. Cependant, Elladan est désormais dans mon secret le plus intime, alors pourquoi ne pas lui faire profiter de Valysar, ma demeure cachée.

- Et bien, je vais te laisser là alors. Continue vers le nord pendant toute la journée de demain, et tu arriveras à un énorme rocher en forme d’ours. Je t’y attendrais au coucher du soleil.

Je me relève donc, avec désormais la hâte de rentrer dormir dans mon lit. Je dépose un baiser sur le front de mon ami, et je grimpe sur le dos de Nyméria, qui s’envole immédiatement pour que nous nous rendions à la maison.


made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas


I see you
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan]

Revenir en haut Aller en bas

La femme qui murmurait à l'oreille des dragons [PV Elladan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'homme qui murmurait à l'oreille des statues
» Midgard, la jeune femme qui murmurais à l'oreille des serpents...
» La fille qui murmurait à l'oreille des Ponyta
» Compliments à ma femme et à ses Léopards
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contrées oubliées. :: This is the end :: Corbeille :: Archives RP-