RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Les peuples

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Mercenaire

avatar
I see you
Messages : 345
Localisation : La surface
Métier : Mercenaire


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Les peuples Mar 23 Juil - 22:15


Les Peuples

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL

___________________________________________

love the way it hurts


Dernière édition par Oropher Arendil le Mar 23 Juil - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Mercenaire

avatar
I see you
Messages : 345
Localisation : La surface
Métier : Mercenaire


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Les peuples Mar 23 Juil - 22:15


Les Drows


Physique

Cousins des elfes dont ils possèdent la plupart des caractéristiques physiques - oreilles en pointe, corps musclé et élancé, etc - ils en diffèrent cependant par la couleur de leur peau, noire ébène, de leurs cheveux, le plus souvent blancs comme neige, bien que certains les possèdent gris voire noirs, et que certaines drows n'hésitent aucunement à les teindre de couleurs parfois surprenantes, ainsi que la couleur de leurs yeux, rouges vifs lors de l'utilisation de l'infra-vision, souvent bleus ou brun sombre, à la limite du noir, en vision simple. Il est bon à savoir que la longueur des cheveux d'un drow, homme ou femme, marque sa noblesse, bien que cela ne soit pas toujours suivi à la lettre par d'anciens nobles déchus.
     Question vestimentaire, il est parfaitement commun pour un drow d'être protégé de son armure, même en temps de "paix" ou dans sa propre demeure, tandis que les femmes drows n'hésitent aucunement a se parer de robes, passant davantage de temps au sein de leur Maison que dehors, et ne craignant guère grand monde. Celles d'entre elles appartenant a la soldatesque voire a une basse caste, en revanche, se parent tout comme les mâles d'armures sombres, légères et souples, adoptant chacun de leurs mouvements comme une seconde peau. La plupart des drows portent également un manteau sombre, servant a la dissimulation, masquant en effet jusqu'à leur marque thermique, facilement visible en infra-vision, ainsi que des bottes rendant silencieux chacun de leurs pas. Pour finir, un drow digne de ce nom n'avance jamais sans être armé jusqu'aux dents, le minimum étant une épée à la ceinture, souvent agrémentée d'une seconde épée, d'une dague ou même d'un cimeterre, mais également de lames cachées dans leurs bottes, sous leur manteau ou ailleurs. Nombreux sont les elfes drows à posséder une arbalète de poing aux carreaux recouverts de somnifère ou de poison, au besoin, et plus rares sont ceux à s'être spécialisés dans le maniement de l'arc, réservant généralement cet art à leurs pales cousins de la surface.



Histoire

Les Drows haïssent les elfes, les elfes haïssent les Drows. Cependant, les origines de cette haine trouvent des versions différentes si on écoute chacun de ces peuples. Si l'on écoute les elfes, les deux races, à une époque lointaine, ne formaient qu'une seule et unique communauté, jusqu'à ce que les elfes noirs, dans leur soif de pouvoir, ne s'allient à Lloth, la déesse Araignée, afin de réduire les elfes à néant. Cependant, les elfes tinrent bon, et, face à cet état de fait, les elfes noirs quittèrent la surface du monde, se dissimulant dans les souterrains, et, sous la bénédiction de Lloth, s'y installant et prospérant dans leur chaos, posant les bases de ce qui deviendrait bientôt une cité impressionnante de noirceur, ou le visiteur étranger ne pénètre pas libre, et ne souhaite qu'une chose, en repartir entier. Cette cité devint bientôt capitale de leur monde, la Forteresse, bien que d'autres villes de moindre importance existent dans sa périphérie, et sur les Territoires Hostiles. Appelés "Dhaeraow", "les traîtres", par les elfes, au fil du temps, ils modifièrent ce mot, s'appelant eux-mêmes Drows.
      Pour les Drows, il en est bien différemment. D'après eux, les deux peuples ne formaient qu'une seule et unique communauté jusqu'à ce que les elfes, jaloux des Drows et avides de leurs richesses, décident de les trahir, abattant leurs enfants et leurs vieillards, tendant de nombreux pièges aux guerriers. Cela aurait pu signer la fin des elfes drows si Lloth ne s'était pas émue de leur malheur au point de les prendre sous son aile (ou sa patte, à vous de voir) protectrice, les menant dans les souterrains où leurs cousins pales n'iraient pas les chercher. Les elfes drows s'adaptèrent à ce nouvel environnement en l'espace de quelques générations, leur peau devenant aussi sombre que l'obscurité dans laquelle ils se mouvaient, tandis que leurs yeux devinrent capables de percevoir la plus infime trace de chaleur sur la roche. Dans le monde souterrain, ils prospérèrent, attendant patiemment l'heure de retourner à la surface afin d'éradiquer leurs cousins elfes. Les Drows nommèrent les elfes "Darthiiri", "les traîtres", et se nommèrent eux-mêmes "Ilythiiri", les "elfes sombres".



Hiérarchie sociale

Il va sans dire que l'étrange système social, basé sur le matriarcat, utilisé par les Drows mérite d'être explicité.
     
• Suis la Matrone et Vis.
Chaque Maison Drow est dirigé d'une main de fer par une Matrone, la femelle la plus âgée du clan et souvent mère des autres nobles de ce clan. En effet, la passation de pouvoir entre deux Matrones, mère et fille, ne se fait quasiment que par l'assassinat de l'ancienne Matrone, ayant perdu la faveur de Lloth, par l'une de ses filles, souvent l'aînée, qui, consciente qu'elle puisse a son tour être assassinée pour la place, tue ou exile ses sœurs et ses frères.
     
• Tu n'es que la chair de mes canons.
Même si certains mâles nobles se permettent de se montrer à la limite du respect envers les femelles de basse caste, de ces paysans sans noblesse, ils n'oublient jamais que la plus inférieure d'entre elles reste bien supérieure au mâle le plus important de la cité. Frapper une Drow est puni de mort - cependant rien ne s'est produit si il n'y a personne pour en témoigner, et il arrive que certaines Drows disparaissent par la faute d'un mâle -, la regarder dans les yeux ou s'adresser à elle sans son consentement méritent également châtiment. Certains mâles parviennent à posséder quelque influence, même parmi les plus hautes sphères, mais la mort les attend au tournant dès lors que leur utilité n'est plus attestée.
     
• Offert à Lloth tu seras.
Les mâles Drows apprennent dès leur plus jeune âge la morsure du fouet et la brulure de l'acier, ce à fin de leur apprendre où est leur place. Cependant, malgré ce climat de peur vis à vis de leurs congénères féminines, ces dernières ne sont pas sans savoir qu'une alliance entre les différents mâles de la cité pourrait renverser l'ordre naturel des choses, les guerres et autres conflits ne régulant pas assez cette partie de la population. Ceci est la raison cachée pour laquelle une Drow ne peut enfanter plus de deux fils vivants, devant sacrifier le troisième à la déesse Araignée sous couvert de religion (cependant, si l'un des deux premiers vient à mourir, le troisième n'est plus considéré troisième, et donc non sacrifiable), ce qui, à dire vrai, n'est guère pour la chagriner.
     
• Esclaves de la Déesse.
Au sein de ces deux groupes "mâles" et "femelles" Drows, des hiérarchies internes existent également. La cité est dirigée par la Première Prêtresse de Lloth, en relation directe avec la déesse, ses décisions, avis et dictats. Viennent ensuite les Matrones des dix premières Maisons de la Forteresse, membres du Conseil Régnant, et surtout Grandes Prêtresses de Lloth. Nombreuses sont, parmi les Maisons nobles de la cité, les autres Grandes Prêtresses, Matrones ou non, acceptant leurs décisions et leurs châtiments. Ensuite se trouvent les Prêtresses, de jeunes nobles en cours d'apprentissage ou des roturières sous la protection d'une Maison manquant de prêtresses. Enfin se trouvent les rares Drows engagées dans la soldatesque, emploi souvent réservé aux mâles, facilement remplaçables, ainsi que celles possédant d'autres emplois "disgracieux", marchandes, forgeronnes, etc.
     
• Tuer ou être tué.
La hiérarchie des mâles est jugée parfaitement inintéressante par les Prêtresses, considérant que leurs histoires sont leurs histoires tant qu'elles ne se sentent pas l'utilité de s'en mêler. Les deux grandes castes principales sont les sorciers et les guerriers. Chacun de ces deux ordres critique l'autre ouvertement, bien qu'il semble que les sorciers soient supérieurs aux guerriers, ce que ces derniers réfutent violemment.
      Le sorcier le plus influent de la cité est l'Archimage, chargé de la protection des frontières ainsi que de faire briller de ses feux magiques le pilier de Narbondel, horloge de la cité, dont le cycle correspond à un jour à la surface. En dessous de lui se trouvent les maîtres sorciers, appartenant la plupart du temps à l'académie de sorcellerie, et aux plus puissantes familles. Ensuite viennent les sorciers, puis les étudiants, ou aspirants sorciers, qui servent plutôt de larbins à leurs aînés jusqu'à la fin de leurs études.
      La hiérarchie des guerriers est à la fois plus simple et plus complexe. Au sein d'une même Maison, le maître d'armes, les princes et le (les) compagnon de la Matrone sont supérieurs au reste de la soldatesque, possédant par ailleurs le plus souvent le statut de nobles, de naissance ou de gloire. Cependant, entre eux, ou vis a vis d'autres nobles de la cité, la hiérarchie se passe à coups de dagues et d'épée, et quiconque discute les ordres d'un "supérieur" a fortement intérêt à prouver pouvoir contester sa supériorité...cela se règle en général d'une dague dans les cotes.



Relations
• Avec les elfes
Il est de notoriété publique que les elfes et les Drows sont des ennemis jurés, bien que les raisons des uns et des autres ne soient plus que racontées, aucun témoin des origines de cette guerre ne subsistant aujourd'hui. Les Drows considèrent les elfes comme l'ennemi numéro un, et, dès l'enfance, les jeunes Drows apprennent a maudire leurs cousins pales pour les châtiments qu'ils reçoivent. Les elfes, quand à eux, peuple amoureux de la paix et de l'harmonie, trouvent chez les Drows la pire calamité qu'il soit, un raid Drow à la surface, bien que cela devienne rare, ne laissant généralement aucun témoin.
     
• Avec les nains
Les Drows n'aiment pas ces êtres courtauds qu'ils jugent fouineurs et envahisseurs de tunnels, entre autres joyeusetés dites à leur sujet. Cependant, malgré que les nains soient souvent victimes d'attaques drows, pour des prétextes aussi puérils que "ils se trouvaient a moins de 30km de la cité", dissimulant le véritable prétexte de "ils avaient de l'or a piller", ces deux peuples trouvent quelque entente lorsqu'il est question des armes. En effet, les lames Drows ont le tranchant le plus fin, les enchantements les plus efficaces, et la prise en main la plus précise grâce au traitement que les Drows y pratiquent, mais il faut bien quelqu'un pour les forger à la base. En cela les nains se révèlent utiles, et ces derniers font payer le prix cher aux elfes noirs pour leur travail.
     
• Avec les humains
Les Drows s'amusent de cette race, dont les générations se succèdent sans que ses représentants n'aient le temps de rien accomplir qu'ils ne soient déjà morts. Pour eux, les hommes ne sont d'aucun intérêt, si ce n'est trouver des adversaires aisés a mettre en pièces pour les plus jeunes guerriers. En effet, si une citation pouvait résumer ce qu'ils pensent de ces êtres, seulement incapables d'être des esclaves utiles, cela serait "bons en rien, mauvais en tout". De leur côté, les hommes craignent les Drows, ne s'aventurant guère le soir lorsqu'une rumeur circule que l'un d'entre eux serait dans les parages. Il est en effet évident pour un elfe noir de massacrer un village d'hommes à lui tout seul, quoique si, pour son malheur, il venait a se faire prendre à son propre jeu, il pourrait passer un mauvais quart d'heure, les hommes, contrairement a leurs dires, étant doués pour créer des choses, et en particulier, de quoi faire regretter a un elfe drow le temps ou il comatait quinze jours suite a des coups de fouets.

(c)Val pour CO

___________________________________________

love the way it hurts
Revenir en haut Aller en bas

Mercenaire

avatar
I see you
Messages : 345
Localisation : La surface
Métier : Mercenaire


Feuille de personnage
Objets:
Récompenses:
Malédictions:

MessageSujet: Re: Les peuples Mer 9 Oct - 17:06


     
Les elfes

     
Physique

Grands et sveltes, les elfes se démarquent aisément des hommes par leurs oreilles en pointe et leur agilité. La grâce des elfes n'a d'égal que leur beauté, et, quelque soit son rang, tout elfe dégage une impression de noblesse qu'il est difficile de ne pas observer. Les elfes possèdent la peau pale et les cheveux longs, en général d'argent ou d'ébène, bien que quelques elfes roux soient parfaitement observables. Vivants durant plusieurs siècles - la plupart d'entre eux parvenant sans peine à dépasser le millénaire d'existence - ils semblent éternellement jeunes, bien que leur regard livre sans peine leur long passé et les épreuves qu'ils ont traversé. Ils possèdent de surcroit des sens bien plus aiguisés que les humains, une vue et une ouïe sans égales, bien que, malgré une vision nocturne loin d'être décevante, ils ne possèdent pas la vision infrarouge de leurs cousins drows.

      Question vestimentaire, la plupart des elfes portent au combat des armures aussi résistantes que souples, assurant à la fois la liberté de mouvement et la protection de leurs porteurs. Cependant, au sein de leurs cités, ils n'hésitent aucunement - à quelques exceptions désirant toujours être prêtes près - à se défaire de leur armure ainsi que de leurs armes, leurs préférant des tenues plus traditionnelles, tuniques et autres robes. La cape - de voyage ou d'apparat - est un élément vestimentaire quasi indissociable de ces êtres. La plupart des elfes sont des tireurs émérites, et ne se déplacent jamais hors de leur cité sans un arc à l'épaule. Excellents cavaliers, ils combinent à merveille tout style de combat avec la pratique de l'équitation, qu'il s'agisse du tir à l'arc, du maniement de l'épée ou encore du lancer de couteau. De plus, leur pas léger les rend quasiment impossibles à repérer à l'oreille - sauf peut-être pour les elfes noirs - et leur permet même de ne pas s'enfoncer dans la neige ou tout autre sol malléable sur lesquels ils savent se déplacer sans gène malgré que les forêts restent de loin leur environnement de prédilection.

     
Histoire


      L'origine du peuple elfique est méconnue, et les théories et légendes à ce sujet sont largement contestées. Il faut dire que, à la connaissance du monde, plus personne en ce bas monde n'était présent à ce moment-ci. L'histoire à la fois la plus répandue et la plus controversée cite les elfes comme les descendants de la race humaine et de quelques immortels d'une race méconnue et aujourd'hui disparue. La controverse de cette version de leur histoire tient au fait que les points communs entre hommes et elfes sont difficiles à trouver, même si cela peut nettement s'expliquer par les millénaires s'étant écoulé depuis la naissance de cette race. Il est de plus à ajouter qu'il est parfaitement possible pour un elfe et un humain de concevoir un enfant, ce qui semble prouver la parenté de ces deux races.
Au jour d'aujourd'hui, le peuple elfique, suite à divers conflits d'importance plus ou moins grande, est divisé en diverses peuplades, parmi lesquels on peut aisément citer les Elfes et les Drows, instigateurs du plus grand conflit de l'histoire de ces peuples. [voir l'histoire des Drows]
Au fil des siècles, les elfes s'imposèrent comme l'une des races dominantes de cette terre, et des années de conflits avec les orcs, gobelins et autres trolls forgèrent une alliance solide entre ce peuple et celui des hommes, malgré que les elfes préfèrent de loin rester dans leurs forêts que côtoyer la race humaine, qu'ils jugent dangereuse pour elle même et les autres, et ô combien faible.


     
Relations

     
• Avec les drows
Il est de notoriété publique que les elfes et les Drows sont des ennemis jurés, bien que les raisons des uns et des autres ne soient plus que racontées, aucun témoin des origines de cette guerre ne subsistant aujourd'hui. Les Drows considèrent les elfes comme l'ennemi numéro un, et, dès l'enfance, les jeunes Drows apprennent a maudire leurs cousins pales pour les châtiments qu'ils reçoivent. Les elfes, quand à eux, peuple amoureux de la paix et de l'harmonie, trouvent chez les Drows la pire calamité qu'il soit, un raid Drow à la surface, bien que cela devienne rare, ne laissant généralement aucun témoin.
     
• Avec les nains
La rivalité entre les Nains et les Elfes ne date pas d'hier, même si chacun des deux peuples en a oublié la raison d'origine. Les Elfes considèrent les nains comme un peuple brutal, courtaud, qui fait bien de se dissimuler dans les profondeurs de leurs mines, et à qui il faudrait apprendre l'art du bain, en plus de les considérer comme peu futés. De leur coté, les Nains trouvent que les Elfes devraient un peu sortir de leurs bouquins et se salir les mains de temps en temps, grandes asperges qu'ils sont. Et ne parlons même pas d'inviter un nain à la table d'un elfe, et vice et versa, chacun des deux risquant fort de se faire couper l'appétit par l'alimentation du second.
     
• Avec les humains
Les Elfes considèrent les humains comme des alliés potentiels, les deux races ayant déjà été unies dans plusieurs batailles, même si la longévité trop courte des hommes conduisent les Elfes à les éviter, ne tenant pas à souffrir de la mort prématurée de leurs amis. A cela s'ajoute une certaine méfiance de la part des Elfes pour la capacité non négligeable à la traitrise de cette race, qu'ils n'hésitent guère à juger faible, voire inférieure, tandis que les humains pensent des elfes qu'ils sont imbus d'eux même et de leur pouvoir et se méfient de leur sagesse sans age contre laquelle tout argument semble irrecevable.
Cependant, une entente certaine existe entre ces deux races, et il n'est pas rare de croiser quelques semis-elfes, mi elfe mi homme, quoiqu'ils préfèrent en général se montrer discrets dans la foule des leurs, certains elfes n'appréciant guère que le sang de leur race soit "souillé" par ces bâtards d'humains.

     

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL

___________________________________________

love the way it hurts
Revenir en haut Aller en bas


I see you
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les peuples

Revenir en haut Aller en bas

Les peuples

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Tous Peuples] Arcs
» Peuples au Sud de l'Ithilien et à l'Est de la Mer de Rhûn
» Le Printemps des Peuples
» [Théorie] Les Peuples Antiques
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contrées oubliées. :: This is the end :: Corbeille :: Archives HRP-